Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing
Méthodologie

Les techniques proches du brainstorming

Chapitre II : Le brainstorming

  • Publié le 27 nov. 2017
©

Les techniques proches du brainstorming

5 chapitres / 0 fiches

  • Imprimer

Formuler une grande quantité d'idées en un temps réduit



En résumé

Le brainstorming est utilisé en groupe afin de produire un grand nombre d'idées en un temps limité, en suivant une logique associative.

Son efficacité repose sur quatre règles synthétisées par l'acronyme CQFD :

  • Censure interdite (y compris l'autocensure) ;
  • Quantité d'idées exigée ;
  • idées Farfelues accueillies avec bienveillance ;
  • Démultiplication (rebondir sur les idées des autres, les combiner entre elles).

Le brainstorming s'opère en deux temps distincts : production d'idées sans jugement de valeur ; critique, évaluation et sélection des idées proposées.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Il s'agit ici de formuler des solutions à un problème donné, quelle qu'en soit la nature. En effet, cet outil permet aux participants d'un groupe de proposer un maximum d'idées et de construire ensemble la solution au problème.

Contexte

Le brainstorming peut être utilisé pour imaginer un nouveau produit ou service, résoudre une difficulté technique, résoudre un désaccord, trouver un nom de marque. Il peut aussi permettre aux participants d'un groupe de se " purger " de leurs premières propositions spontanées (et idées préconçues), avant d'utiliser un autre outil de créativité.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Clarifier le problème posé aux participants, par exemple sous la forme d'une question : " Comment faire pour... alors que... ? " (cf. outil 13, les questions paradoxales).
  • Identifier les participants et l'animateur (entre 5 et 8 personnes, aussi différentes que possible et motivées par la problématique à traiter).
  • Rappeler et afficher les règles C.Q.F.D. dès le début de la séance et s'assurer que tous les participants les ont bien comprises.
  • Limiter le temps de production : 5 à 45 minutes en fonction du problème à traiter.
  • Noter toutes les idées sur un support visible afin que les participants les aient en permanence sous les yeux.
  • Trier les idées lorsque la production de ces dernières est terminée.
  • Sélectionner et approfondir quelques idées : les enrichir et les préciser, tout en conservant ce qui fait leur originalité.
  • Choisir les idées qui feront l'objet d'une exploitation après la séance.

Méthodologie et conseils

  • Préparer l'espace créatif en amont, afin que les participants s'imprègnent bien du problème à résoudre : écrire le problème sur une feuille de paperboard, afficher des images en lien avec le problème.
  • Restituer les idées des participants dans leur forme exacte, même si certaines idées peuvent être transgressives : cela garantit aux participants qu'il n'y a aucune forme de censure.
  • En cas de ralentissement, lors de la production d'idées, relancer les participants par des formules telles que : " quoi d'autre ? ", " à quoi cette première idée vous fait-elle penser ? ", " qu'est-ce que l'on pourrait faire de plus avec... ? ".
  • En cas de commentaire créaticide (" ça ne marchera jamais ", " c'est trop cher ! "), rappeler les règles du jeu.
  • Ne pas amorcer de tri ou de sélection d'idées tant que la génération d'idées n'est pas terminée, car cela bride les participants.

Avantages

  • Le brainstorming dispose d'une grande notoriété : il est donc bien accepté et facile à utiliser en groupe.
  • Il permet de générer beaucoup d'idées en un minimum de temps.

Précautions à prendre

  • Bien formuler le problème et les contraintes initiales pour polariser la production d'idées sur les bons enjeux.
  • Limiter le temps de production d'idées permet de stimuler le groupe.

François Debois, Arnaud Groff, Emmanuel Chenevier

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles