Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing
Méthodologie

Les techniques de rencontres forcées

Chapitre III : La bissociation

  • Publié le 27 nov. 2017
©

Les techniques de rencontres forcées

8 chapitres / 0 fiches

  • Imprimer

Hybrider deux éléments habituellement séparés



En résumé

Créer, c'est " bissocier " selon l'approche d'Arthur Koestler (Le cri d'Archimède, 1955). La bissociation est un néologisme qui désigne un " assemblage original et pertinent d'éléments préexistants ". Elle est une manière de secouer et de mêler ce qui était séparé auparavant, de combiner deux idées, deux solutions ou deux univers parfois très étrangers a priori, afin d'en créer un troisième, inédit.

Une des innovations issues de la bissociation est l'invention du terminal de paiement qui, selon David Znaty (dirigeant d'Ingenico), n'est ni plus ni moins que l'intégration de " trois objets séparés : le modem, la calculatrice et l'imprimante ".


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Créer des flashs créatifs en bissociant des solutions, des idées, des mots (à ne pas confondre avec associer simplement deux éléments). La bissociation associe plutôt les fonctionnalités des objets et non les objets eux-mêmes (comme par exemple le VTT, qui bissocie le concept de l'automobile type 4?4 et le monde du vélo).

Contexte

La bissociation s'utilise pendant la phase de génération d'idées, après un premier échauffement créatif.

Comment l'utiliser ?

Étapes

Deux éléments ou parties habituellement séparés se rapprochent, se mêlent, rentrent en fusion pour créer une nouvelle réalité qui transforme et inclut les éléments précédents.

Cet outil se déploie en 3 étapes :

  • Étape 1 : Cadrer l'utilisation de l'outil en identifiant les secteurs, les éléments que l'on souhaite passer à la " moulinette " de la bissociation.

    • Cas n° 1 : il s'agit de fonctionnalités identifiées lors de l'analyse de vos besoins :

      • Lister ces fonctions (ou mots-clés si recherche de nom, croquis si recherche de logos).
      • Lister en mode brainstorming les objets innovants selon vous qui remplissent tout ou partie de ces fonctions.
    • Cas n° 2 : vous êtes en fin de séance de créativité et avez effectué le tri de vos idées. Faites ressortir uniquement les idées sélectionnées.
  • Étape 2 : Animer et favoriser la bissociation entre les éléments identifiés. Dans les deux cas, un animateur prend les éléments sélectionnés dans les cas 1 et 2, un par un. Il sollicite les participants en leur demandant : " Et si on avait à fusionner X et Y ? ". Pour relancer et initier la démarche, l'animateur peut avoir en " réserve " une liste d'exemples de bissociations connues pour que les participants " se donnent le droit d'être créatif ". Pour améliorer l'efficience de cette phase, il peut également ajouter : " N'oubliez pas que notre objectif est de trouver une solution pour... "
  • Étape 3 : Dans certains cas, aller jusqu'à une trissociation ou multissociation, qui amènera de nouveaux champs de créativité.

Méthodologie et conseils

Les participants doivent se trouver dans des conditions favorables pour libérer leur créativité. Un échauffement préalable est nécessaire. Une bissociation en cinq minutes sans " conditionnement " ne sera pas productive.

Une des manières d'utiliser l'outil bissociation est de s'appuyer sur un tableau à double entrée et de forcer la bissociation entre les données (X, Y). Lorsque vous utilisez, par exemple, la matrice de découverte d'Abraham Moles (cf. outil 53), vous procédez par association et/ou par bissociation.

Avantages

  • Élaborer un concept très original en prenant le meilleur de deux idées.
  • Si l'on ne saute pas l'étape 3, on peut obtenir des concepts proches des solutions (souvent des innovations de synthèse).

Précautions à prendre

  • D'après Arthur Koestler, toute idée émise par un homme est au moins une bissociation.
  • Il s'agit donc d'un processus inné. Ce qui peut éventuellement poser problème, c'est le carcan intellectuel, ces autoroutes du cerveau que tout homme s'impose au fil des années, réduisant sa capacité créative.

François Debois, Arnaud Groff, Emmanuel Chenevier

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles