Méthodologie

La boîte à outils de la Pleine conscience au travail
Chapitre V : En Pleine conscience de son mental

Fiche 03 : Les pensées involontaires

  • Retrouvez 8 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 1 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Pleine conscience au travail

8 chapitres / 56 fiches

  • Imprimer

Observer le flux de nos pensées involontaires



En résumé

Les pensées involontaires sont le flot de nos images et pensées parasites qui s'imposent à nous dans la vie quotidienne. Ce film qui se déroule dans notre tête en permanence brouille notre perception de l'instant présent. Ces pensées involontaires prennent diverses formes : ruminations sur des sujets récurrents, dialogue de nous à nous, remémoration d'une situation déjà passée, autocongratulation, récriminations, rêveries, scénarios d'anticipation, films, histoires diverses, etc.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Les pensées involontaires sont influencées par les sujets passés, actuels ou futurs qui nous préoccupent. Leur observation en pleine conscience contribue à une meilleure connaissance de soi, qui permet notre évolution personnelle, nécessaire à une adaptation aux changements permanents. Mieux se connaître, c'est aussi prendre des décisions sereinement, tant pour soi-même que dans le cadre professionnel.

Contexte

Nous sommes envahis par un flot de pensées involontaires lorsque nous perdons le contact avec le moment présent. Par exemple, quand nous perdons le fil de la discussion avec un collègue, quand nous nous rappelons sans cesse un événement passé, quand nous nous évadons par l'imagination, quand nous entretenons un dialogue avec nous-mêmes, etc.

Comment l'utiliser ?

Étapes

Ayez toujours un paquet de post-its ou un petit bloc-notes dans votre poche et un crayon.

1.Pendant quelques semaines, notez vos pensées involontaires.

Notez les pensées qui vous distraient du moment présent, de façon synthétique en indiquant le sujet, et l'émotion associée ; une pensée = un papier. Indiquez par une croix ou un trait chaque fois que la même pensée se répète.

2.Le week-end, prenez un temps pour classer vos pensées involontaires par thèmes.

Reprenez vos papiers : comptez le nombre de traits ou croix par pensée, et confirmez ou identifiez l'émotion qui l'accompagne ; regroupez les pensées qui produisent la même émotion.

3.Écrivez une synthèse de vos observations.

  • Les pensées involontaires au sujet de ce qui se passe bien pour vous, où vous êtes à l'aise, avec une certaine solidité interne.
  • Les pensées involontaires pour ce qui est problématique pour vous, ce qui est source d'une tension interne, d'une anxiété, d'un regret.

Classez toutes ces pensées involontaires par ordre d'importance. L'ensemble doit tenir sur un seul papier.

4.Définissez votre plan d'action personnel.

Parfois, il suffit de passer à l'action pour se libérer de pensées involontaires : quelles actions pouvez-vous mener rapidement ou à moyen terme ?

Méthodologie et conseils

Vous pouvez noter vos divagations mentales même en trente secondes dans l'ascenseur ou en marchant dans le couloir, l'idée étant d'accumuler le plus possible de " matériau " sur soi-même. Rien ne mérite un jugement, car rien n'est tabou.

Avantages

  • Permet de prendre conscience des préoccupations qui nous distraient du moment présent, et de les comprendre.

Précautions à prendre

  • Il s'agit de votre vie personnelle, et comme tout travail sur soi-même, il ne regarde que vous, ni vos amis, ni votre conjoint. La discrétion est la clé de votre sincérité.

Sylvie Labouesse, Nathalie Van Laethem

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu