Méthodologie

La boîte à outils de la Pleine conscience au travail

Chapitre V : En Pleine conscience de son mental

  • Retrouvez 8 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 1 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Pleine conscience au travail

8 chapitres / 56 fiches

  • Imprimer

Il est plus difficile de désagréger un préjugé qu'un atome.

Albert Einstein

Nous pensons beaucoup. Notre cerveau est occupé en permanence de pensées, qui sont autant de jugements, censures, doutes, préjugés, souvenirs du passé, rêves éveillés dont, la plupart du temps, nous n'avons pas conscience, ou très rarement. Nous vivons le moment présent physiquement mais sans être là, car notre cerveau fonctionne à notre insu : idées vagabondes, récriminations et monologues intérieurs, souvenirs ressassés, images de vacances, etc. Reconquérir le moment présent, être ici et maintenant avec ceux qui sont avec nous, sans penser ni à avant, ni à plus tard, et ni à ailleurs, relève d'un défi à soi-même qu'il est possible de relever.

S'observer en train de " penser "

Dès que l'on s'observe en train de " penser ", nous voyons que ce que nous appelions " pensées " recouvre tout un éventail de phénomènes auxquels nous ne faisions pas attention et qui influent sur notre comportement et nos attitudes, nos paroles et sur notre image de soi :

  • Nos doutes : combien de fois nous sommes-nous rallier à l'avis partagé par la majorité, alors que nous pensions différemment ? À l'avis du " bon sens ", à la solution " acceptable " ? Car le fait qu'ils soient préconisés par une majorité ou des personnes d'influence nous a fait douter de notre solution ? Les images et les mots prononcés par des personnes estimées ou à figure d'autorité ont un pouvoir de dopage, de doute ou de censure, à notre insu.
  • Notre censeur intérieur : ce sont toutes ces phrases qui nous habitent : " Ce n'est pas possible, je n'y arriverai jamais ", " C'est trop dur ", " C'est un rêve "... Ce censeur intérieur fait partie de notre système de croyances et de valeurs, celles-là même qui parfois nous donnent confiance en nous, et à d'autres moments nous font nous sous-estimer.
  • Nos vagabondages en pensée : ce sont les quelques moments d'absence où nous avons perdu le fil de la réunion ou de la discussion en cours, parce qu'un mot a évoqué nos dernières vacances et, en pensées nous nous sommes retrouvés sur la plage... ce sont des pensées involontaires ; elles fonctionnent par associations d'idées, d'images, de souvenirs et elles peuvent nous entraîner loin. Pendant ce temps, nous ne sommes pas présents à ce qui se passe et ce qui se dit autour de nous.
  • Nos prédications vérifiées : combien de fois nous sommes-nous dit : " Je l'avais prévu ", " Je le savais ", " C'était prévisible " ? Parce qu'on n'était pas sûr de réussir ce projet, il n'a été réussi qu'à moitié, par exemple. Notre imagination a le pouvoir d'influer sur nos comportements et ainsi faire advenir ce que nous prévoyions. De la même manière, nous imaginons que chaque fois que nous prenons ce trajet en voiture, tous les feux sont rouges, chaque fois que nous prenons les transports en commun, il y a un retard.
  • Notre connaissance d'autrui : " Il me fait penser à... ", " Elle est exactement comme... "... Lorsque nous jugeons un collègue ou une personne par référence à quelqu'un de connu, c'est notre mémoire qui nous empêche de voir la personne telle qu'elle est. Notre mémoire influe sur nos pensées et nos appréciations.

Bien dans sa tête, ici et maintenant

Apprenons à déjouer les pièges tendus par notre imagination, notre mémoire et toutes nos pensées vagabondes et involontaires. Entraînons-nous sur deux possibilités qu'apporte une présence attentive :

  • La visualisation : pratiquée de manière intentionnelle, elle nous permet de comprendre les effets inconscients des images qui nous viennent à l'esprit, des souvenirs remontant à la surface de notre mémoire ou de notre imagination.
  • La réalisation unitive : en portant sur nos actes de la vie courante, comme sur les plus exceptionnels, une pensée associée à l'émotion et à la stimulation motrice qui la sous-tendent, c'est notre personne tout entière qui se réalise.

Sylvie Labouesse, Nathalie Van Laethem

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu