Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la Prise de décision

Chapitre III : Sélectionner les instruments de la décision

  • Retrouvez 8 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Prise de décision

8 chapitres / 59 fiches



Beaucoup d'outils existent, tels des arbres de décision ou des logiciels, pour accompagner l'ensemble du processus de la prise de décision. De la centralisation des données de la veille technique ou économique en passant par les outils d'aide à la décision numériques ou de prise de décision collective, il existe sur le marché quantité d'offres. Toutefois, dans la plupart des cas, ces moyens ne sont pas utilisés soit parce que trop complexes, soit parce que trop longs à mettre en place. Dans les contextes professionnels comme dans la vie personnelle, les décisions courantes représentent 80 % de l'ensemble des choix et ne font pas appel à des outils élaborés.

Comment décider ? Souvent, le premier réflexe est de faire confiance à son intuition, mais se reposer totalement sur son ressenti ne permet pas une étude approfondie des données ni une prise en compte exhaustive des risques. Le décideur se retrouve donc face à un dilemme, soit utiliser des aides à la prise de décision peu adaptées, soit faire son choix sans support.

Les outils comme aide à la formalisation de la pensée

Dans ce dossier, nous nous attacherons à la présentation et à l'utilisation d'outils simples faisant appel à des compétences minimales. Loin d'être exhaustifs et de présenter l'ensemble des outils et méthodes, nous avons opté pour des outils permettant de piloter nos pensées et réflexions afin de se positionner dans les choix en toute responsabilité. Ce sont des outils pratiques qui apportent aux décideurs des aides rapides et faciles à utiliser.

Ces outils d'aide à la décision permettent d'apporter des réponses à des problématiques diverses mettant en oeuvre plusieurs choix possibles. Par leur simplicité et leur bon sens, ils proposent des processus qui facilitent et bornent le cheminement de pensées, assurant ainsi son bon déroulement.

Lorsque l'on étudie l'ensemble des outils d'aide à la prise de décision, on remarque qu'un point commun les lie : ils externalisent la pensée et permettent un partage des données afin de les traiter avec pragmatisme. Notre cerveau produit des concepts que ces outils matérialisent et rendent concrets.

Les outils comme aide à la production et l'analyse des idées

La décision est un processus qui demande beaucoup de rigueur et d'organisation pour analyser le problème, rechercher les options et sélectionner la solution la plus adaptée. Il n'y a pas de bons ou de mauvais outils, c'est au décideur de choisir lequel lui semble le plus adapté en fonction de critères tels que le groupe et ses habitudes, le travail à réaliser ou l'environnement de la prise de décision.

Plus le décideur disposera de temps et plus le groupe décisionnel est important, plus les outils pourront être complexes et nombreux pour assurer la bonne décision. Comment sélectionner l'outil le plus approprié ? Il doit fournir un cadre structuré pour l'observation, l'analyse et la réflexion.

Les 5 caractéristiques d'un bon outil d'aide à la prise de décision

Choisir ou bâtir un outil global d'aide à la prise de décision doit respecter cinq grands principes :

  • L'outil doit être conçu sur mesure pour les besoins de la structure et de son contexte.
  • Il est automatisé, souple et dynamique, capable de centraliser les informations utiles à la prise de décision.
  • Il est précis, c'est-à-dire contenant des informations détaillées et validées.
  • Il est simple, aussi bien dans son utilisation que dans ses résultats.
  • Il peut évoluer en fonction de l'environnement de la prise de décision.

Jean-Marc Santi, Stéphane Mercier, Olivier Arnould