Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la Prise de décision
Chapitre III : Sélectionner les instruments de la décision

Fiche 06 : Le brainstorming

  • Retrouvez 8 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Prise de décision

8 chapitres / 59 fiches

Les règles principales

Résumé

Le brainstorming ou remue-méninges est une méthode de production d'idées et non d'évaluation ou d'analyse. Le postulat de base est simple : plus il y a d'idées générées, plus la probabilité d'en trouver une qui conviendra sera grande. Dans la prise de décision, cette méthode peut être utilisée comme outil d'analyse de causes, mais elle est plutôt adaptée à la production des différents scénarios possibles avant de faire un choix.

Pourquoi l'utiliser ?

Objectifs

L'objectif est de maximiser le nombre d'idées produites en encourageant les participants à exprimer tout ce qui leur passe par la tête dans un cadre donné. Toutes les idées, même les plus extravagantes, doivent être acceptées sans être jugées. Ce n'est pas la qualité des idées qui est ici importante mais la quantité. Ce n'est qu'une fois le brainstorming terminé que les idées seront analysées et évaluées.

Contexte

Principalement adapté aux processus de résolution de problèmes, le brainstorming est un outil qui trouvera sa place dans toute démarche de créativité en groupe. Il faut être vigilant, lorsque les participants sont très créatifs, à bien définir le cadre d'application de cette méthode.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Préparer la séance de brainstorming.

    • Constituer le groupe de travail : un groupe efficace comporte entre 5 et 10 personnes. Pour être pertinent, le choix des participants doit se porter sur des personnes possédant des angles de vue contrastés.
    • Choisir l'environnement et les outils : la salle et sa disposition doivent favoriser les échanges, les outils doivent permettre de visualiser les idées émises par les participants (tableau, post-it, paperboard, etc.).
  • Cadrer la séance.

    • Définir le thème de départ : tous les participants doivent avoir la même compréhension de l'idée de départ.
    • Fixer le périmètre de recherche d'idées : en fonction du temps alloué et des expertises des participants, ce périmètre permettra d'éliminer certaines idées sans pour autant avoir à les analyser.
  • Produire des idées.

    • Chaque participant doit émettre des idées : la censure et le jugement ne sont pas de mise, seules comptent la spontanéité et la créativité. Le rôle de l'animateur est de créer un environnement stimulant et de s'assurer que tous les participants ont le même niveau de compréhension.
  • Classement et filtrage des idées.

    • Sélectionner les solutions : regrouper les idées émises par analogie, supprimer les doublons et les idées trop " farfelues ", analyser les idées avec méthode et rationalité.

    Méthodologie et conseils

    • Respecter ces 5 règles : pas de censure, pas de critique ni de jugement, viser la quantité, rebondir sur les idées des autres, tout noter.
    • Lors de la constitution du groupe, ne pas s'interdire de sélectionner des participants de milieux et d'expertises différents. Rester attentif à ce que les liens hiérarchiques ne soient pas un frein à l'expression de chacun.
    • La sélection des idées émises se fait grâce à des critères d'appréciation que les participants devront définir.
    Avantages
    • L'utilisation de ce procédé a l'avantage de stimuler la créativité et d'encourager les attitudes positives en incitant chacun à accepter la libre expression des autres.
    Précautions à prendre
    • Ce qu'il ne faut pas faire : critiquer les idées, couper le flux des phases créatives par la réflexion ou la classification, éliminer des idées même si elles semblent irréalisables, travailler sur un sujet trop large avec beaucoup de participants.
  • Jean-Marc Santi, Stéphane Mercier, Olivier Arnould