Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la Prise de décision
Chapitre VII : Rendre ses décisions pérennes et partagées

Fiche 04 : La construction des interdépendances

  • Retrouvez 7 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Prise de décision

8 chapitres / 59 fiches

Matérialiser les dépendances entre les acteurs

Résumé

Arrêter un choix, c'est mettre en place des actions qui auront des répercussions sur l'ensemble du contexte de la décision. Afin de concrétiser les conséquences possibles et les contraintes liées aux acteurs, la carte des interdépendances permet de visualiser les interactions et de les prioriser. C'est un outil stratégique qui facilite la planification des actions à mettre en oeuvre et l'identification des risques encourus.

Pourquoi l'utiliser ?

Objectifs

La carte des dépendances permet de construire les interdépendances entre les bénéficiaires d'une décision, d'étudier leur degré d'interactions et de prioriser les actions à mettre en place. Elle permet d'évaluer les conséquences que peut avoir la décision sur l'ensemble du système où elle s'implante.

C'est également un outil d'organisation pour prioriser les actions en fonction des répercussions directes ou indirectes et avoir une vision globale des conséquences de la décision afin d'en prévenir les risques.

Contexte

Plus il y a d'acteurs d'environnements différents, impliqués par la décision, plus la carte des dépendances prouve sa valeur ajoutée. C'est également le cas lorsque la décision a des répercussions multiples avec des incidences à risques dans des contextes variés. Elle apporte dans ces cas une vision globale de l'environnement où le choix va s'implanter.

Comment l'utiliser ?

Étapes

La construction des interdépendances demande un travail collaboratif afin d'identifier les acteurs indirects de la décision. Ce recensement peut s'effectuer en questionnant chaque acteur sur les liens qu'il peut avoir avec d'autres services ou simplement en se servant de l'organigramme fonctionnel de la structure. Dans sa forme classique, la carte des interdépendances comporte :

  • l'ensemble des acteurs impactés par la décision. Ces acteurs sont de deux types. Premièrement, les producteurs, c'est-à-dire les individus pour la mise en place des actions. Deuxièmement, les bénéficiaires, les personnes qui vont expérimenter les conséquences du choix ;
  • le degré de dépendance : c'est une pondération en fonction de la proximité de l'acteur ;
  • l'estimation des risques encourus par la mise en place de la décision.

Méthodologie et conseils

Il existe plusieurs types d'interdépendances auxquelles le décideur peut être confronté :

  • les interdépendances structurelles : la modification d'un système peut entraîner la modification d'autres systèmes. Par exemple, l'évolution d'un bon de commande client peut entraîner des modifications au service comptabilité ;
  • les interdépendances d'objectifs : la mise en place de la décision peut interférer avec l'avancement d'autres projets en cours ou directement desservir d'autres objectifs. Elles sont aussi appelées interdépendances stratégiques ;
  • les interdépendances fonctionnelles : l'évolution d'une fonction d'un service peut avoir des répercussions sur le fonctionnement d'autres services. Les conséquences directes sont en principe connues, les indirectes peuvent être plus difficilement identifiables.
Avantages
  • La construction des interdépendances apporte une vision réaliste des conséquences négatives que peut avoir une décision afin de les prévenir ou de les régler par anticipation.
Précautions à prendre
  • Plus le contexte est complexe et plus les interdépendances vont être multiples.

Jean-Marc Santi, Stéphane Mercier, Olivier Arnould