Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la Prise de décision
Chapitre II : Prendre la décision

Fiche 06 : La mise en place de la décision

  • Retrouvez 7 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Prise de décision

8 chapitres / 59 fiches

Rendre la décision performante

Résumé

La mise en place de la décision passe par sa présentation à l'ensemble des acteurs impactés par celle-ci. Cette présentation va induire des résistances que le décideur devra gérer. Être transparent, ne pas " fuir " les retours, même bloquants, confronter les différents points de vue permettront à la décision d'être plus facilement acceptée. Il ne s'agit pas ici de " vendre " la décision, mais d'expliquer comment elle va se mettre en place et d'identifier les écueils possibles.

Pourquoi l'utiliser ?

Objectifs

Mettre en place la décision, c'est la confronter à son environnement d'application. Présenter la décision, c'est permettre à l'ensemble des personnes impactées par son application de donner son avis et d'exprimer ses résistances. Aborder les désaccords permet au décideur d'optimiser la solution proposée et donc d'assurer son déploiement.

Contexte

Il n'y a pas de contexte dans lequel la présentation de la décision ne peut être effectuée. Cette étape primordiale permet de tester le choix et de le confronter à la réalité. Lorsque la décision impacte beaucoup d'acteurs, le décideur pourra effectuer plusieurs présentations en restant vigilant à la cohérence des messages.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Détailler la solution et ses conséquences. Rien ne sert de " cacher " un inconvénient, autant l'aborder dès la présentation initiale.
  • Préparer sa présentation. Rappeler les événements qui ont motivé la décision, indiquer les avantages et les inconvénients de la solution, aborder les bénéfices qu'elle peut engendrer en plus, anticiper les répercussions en fonction des contextes où va s'implanter la décision.
  • Présenter la décision à l'ensemble des personnes impactées ou au moins à un panel représentatif. Pour que cette étape apporte une valeur ajoutée, le décideur doit plutôt sélectionner des " réfractaires ".
  • Détailler les étapes de mise en place de la décision et les moyens nécessaires à sa réalisation.
  • Écouter les retours sans chercher à les confronter. Faire développer les idées contradictoires et valider leur réalisme.
  • Adapter la solution en fonction uniquement des empêchements validés.
  • Méthodologie et conseils

    Communiquer la décision

    • Quels sont les mots les plus justes pour faire passer le message avec le plus de clarté et de conviction possible ?
    • Quel est le moment le plus juste pour communiquer cette décision ?
    • Quels sont les acteurs sur lesquels se reposer pour communiquer puis faire appliquer cette décision ?

    Faire des essais

    • Faire avancer la réalisation pas à pas, par étapes successives.
    • Avoir des sous-objectifs et des jalons de contrôle.
    • Mettre en place en restant à l'écoute des retours et avoir une vision systémique.

    Valider les itérations et figer les acquis

    • Chaque étape doit être validée et stable pour lancer la suivante.
    • Si une étape engendre un dysfonctionnement ou une difficulté sur une étape déjà étudiée, repasser le problème dans le processus décisionnel.
    Avantages
    • Communiquer la décision permet à la fois de la valider et surtout de soulever des empêchements qui n'auraient pas été abordés lors du processus décisionnel.
    Précautions à prendre
    • Tout est dans l'art de la présentation : trop d'informations peuvent entraîner des résistances non appropriées, pas assez d'informations empêchent l'appropriation de la décision.

    Jean-Marc Santi, Stéphane Mercier, Olivier Arnould