Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la Prise de décision
Chapitre VIII : Adopter les attitudes clés de la prise de décision

Fiche 04 : La vision partagée

  • Retrouvez 9 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Prise de décision

8 chapitres / 59 fiches

L'appropriation d'un objectif dépend des valeurs qu'il véhicule



Résumé

Faire partager une vision avec l'ensemble des acteurs d'une décision, c'est fixer un objectif qui véhicule des valeurs ayant un sens pour eux. Un objectif est partagé lorsque les individus à qui il s'adresse trouvent dans sa réalisation une satisfaction de leurs valeurs exprimées en tant que besoins.

Pourquoi l'utiliser ?

Objectifs

Chaque individu possède en lui un but, une vision personnelle. Avoir une vision partagée c'est faire en sorte que l'objectif à atteindre soit en adéquation avec les buts individuels, qu'il les serve. Les apports de cette vision partagée peuvent se résumer comme suit :

  • Susciter l'enthousiasme pour un choix et créer un dynamisme autour de sa réalisation.
  • Assurer la cohésion de l'équipe décisionnelle par le partage d'une motivation commune.
  • Favoriser l'expérimentation et la prise de risque dans le cadre de valeurs.
  • Galvaniser les troupes et permettre un dépassement de soi pour défendre les valeurs partagées.

Contexte

Une vision partagée s'appuie sur un phénomène amplificateur qui repose lui-même sur le partage, l'aspiration, la communication et l'engagement. Quelquefois l'objectif n'est pas perçu de la même manière par tous, cela peut compromettre le mouvement d'amplification. Le levier se situe dans la capacité du décideur à prendre en compte la diversité des points de vue et à faire émerger une vision plus fondamentale, mieux partagée par tous.

Comment l'utiliser ?

Étapes

Les attitudes à développer pour assurer une vision partagée :

  • L'adhésion : assurer la réalisation de la décision par le sens qu'elle véhicule. Faire tout ce qui est nécessaire dans l'esprit des règles existantes.
  • L'engagement : favoriser un intérêt commun au résultat de la décision. Cet engagement est renforcé par la possibilité de bâtir des structures ou des règles qui se révèlent nécessaires et par une liberté d'action avec un droit à l'essai dans un cadre opérationnel connu.
  • La collaboration : renforcer la perception des effets positifs d'une vision. Développer la solidarité et l'entraide. Faire que chaque partie se sente responsable du tout.

Méthodologie et conseils

La décision partagée repose sur trois aspects fondamentaux : le quoi, le pourquoi et le comment.

  • Le " quoi " correspond à l'objectif que le choix permet d'atteindre. Pour que la vision soit partagée, chaque contributeur doit identifier un sens personnel à la réalisation de la décision.
  • La raison d'être est la réponse au " pourquoi " : en quoi le choix participe-t-il à l'objectif fixé ? C'est à ce niveau que le résultat de la décision doit susciter des intérêts individuels et communs.
  • Le " comment " doit satisfaire les valeurs fondamentales. Elles indiquent de quelle manière et dans quel cadre doivent se dérouler les actions. Chaque acteur de la décision doit être rassuré sur ses compétences à réaliser la décision.
Avantages
  • Dans une organisation centrée sur une vision partagée, chacun trouve un intérêt à la réalisation de la décision et se sent investi dans sa mission.
Précautions à prendre
  • La notion de vision partagée dépend surtout de la capacité plus ou moins grande à adopter une approche systémique de la réalité.

Jean-Marc Santi, Stéphane Mercier, Olivier Arnould