Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la Prise de décision
Chapitre VIII : Adopter les attitudes clés de la prise de décision

Fiche 03 : La conscience de soi et des autres

  • Retrouvez 9 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Prise de décision

8 chapitres / 59 fiches

Les différentes ressources individuelles

Résumé

Le décideur manipule des critères qui sont :

  • soit objectifs, c'est-à-dire rationnels, étudiés par les ressources analytiques ;
  • soit subjectifs, non rationnels, traités par les ressources émotionnelles ;
  • soit unitaires, faisant appel aux ressources séquentielles ;
  • soit globaux, pris en charge par les ressources simultanées.

Prendre conscience de soi, c'est identifier où vont ses préférences entre ces processus cérébraux.

Pourquoi l'utiliser ?

Objectifs

Chaque individu possède des préférences, des habitudes de pensées, pour aborder et traiter les éléments relatifs à une décision. Lorsqu'une action fait appel à ces routines le choix recevra un accueil plus favorable s'il fait appel aux ressources cérébrales que la personne maîtrise le mieux. Dans le cas inverse, la personne présentera plus de résistances. Que ce soit dans l'interprétation d'une information pour y trouver un sens ou l'évaluation d'un résultat pour y trouver un intérêt, l'objectif est d'identifier le contexte le plus adapté à la zone de confort de la personne afin de rendre sa participation à la décision plus performante.

Contexte

La prise de décision lorsqu'elle fait appel à l'intelligence collective demande au décideur d'intégrer beaucoup de contributeurs avec des valeurs et des attentes souvent divergentes.

Comment l'utiliser ?

Étapes

Chaque individu a accès à quatre types de ressources et a des préférences pour certaines en fonction de son vécu :

  • L'inspiration. Les " imaginatifs " vont être plus attirés vers la nouveauté, l'apprentissage et la créativité. Ils seront à leur aise dans des contextes incertains et n'hésiteront pas à prendre des risques.
  • L'association. Les " associatifs " privilégient l'ensemble, la coopération et ont un sens de l'engagement très développé. Avec leur vision globale ils ont une approche holistique naturelle et voient le groupe comme une entité harmonieuse.
  • La réalisation. Les " réalisateurs " quant à eux, recherchent des résultats concrets, n'hésitent pas à bousculer le statu quo et doivent performer dans ce qu'ils réalisent. De par leur indépendance d'esprit, ils performent dans les fonctions d'analyse et de prise de position.
  • La qualification. Les " qualificateurs " préfèrent avancer un pas après l'autre en toute réalité dans un contexte organisé. Avec leur esprit pragmatique ils étudient, valident, classifient et s'assurent que tout est réalisé dans les règles.

Méthodologie et conseils

  • Identifier les ressources individuelles de chaque contributeur et étudier leurs interactions.
  • Organiser et affecter les différentes tâches du processus décisionnel en fonction des préférences cérébrales de chacun dans la mesure du possible.
  • Piloter les leaderships pendant les travaux de groupe comme un " chef d'orchestre ". Pour imaginer des options, faire appel à un " imaginatif ", pour avoir une vision d'ensemble, à un " associatif ", pour analyser une solution, à un " réalisateur " et pour organiser une tâche, à un " qualificateur ".
  • Faire évoluer les ressources individuelles peu présentes. Ces ressources sont comme des muscles, il faut les entraîner.
Avantages
  • Prendre conscience de soi et des autres c'est aussi comprendre les raisons des différents points de vue et les accepter plus facilement.
Précautions à prendre
  • Ajuster le message ne veut pas dire dissimuler des informations pour faciliter son acceptation. C'est intégrer dans le message un objectif qui soit adapté aux ressources de la personne.

Jean-Marc Santi, Stéphane Mercier, Olivier Arnould