Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la Prise de décision
Chapitre VI : Gérer les biais décisionnels

Fiche 05 : Les choix de formulation et de confirmation

  • Retrouvez 8 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 déc. 2017
©

La boîte à outils de la Prise de décision

8 chapitres / 59 fiches

Tout dépend de la formulation et de ce que l'on préfère voir

Résumé

Une partie seulement des informations est perçue de façon consciente. Les autres le sont de façon automatique ; or ces informations influencent le jugement et le choix. Dans ce contexte, le décideur devra apporter une vigilance toute particulière à ses choix de formulation et de confirmation. L'interprétation des informations est due aux :

  • biais de confirmation : c'est la tendance à traiter les informations qui confortent une position ou une opinion et à négliger celles qui vont à son encontre ;
  • biais de formulation : c'est la manière de présenter une information, en insistant sur certains aspects et en en délaissant d'autres, qui peut avoir une influence sur l'analyse.

Pourquoi l'utiliser ?

Objectifs

Être attentif aux biais de confirmation permet aux informations environnementales utiles à la prise de décision d'être traitées de manière neutre et réaliste en identifiant celles issues des interprétations individuelles. Émettre des informations en évitant les biais de formulation limite leurs interprétations erronées. En considérant que ces raccourcis issus de nos sens sont des automatismes facilitants, les déjouer assure le traitement d'informations validées comme bases d'analyse concrète.

Contexte

Lorsque la décision se situe dans un contexte d'urgence où les informations sont interprétables et/ou complexes, les individus ont tendance à utiliser des routines automatiques pour faire un tri et ne prendre en compte que celles qui semblent pertinentes. Le système cérébral où siègent ces automatismes est enclin à construire des histoires simples et logiques à partir de quelques indices et à en déduire une conclusion.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Pour contrer le biais de confirmation :

    • Prendre conscience des automatismes qui peuvent distordre la réalité par des interprétations individuelles.
    • Poser des questions en contradiction avec les pensées ou les idées émises afin de spécifier leur contenu.
    • Rechercher des arguments en faveur d'une vision différente de celle qui est énoncée.
    • Analyser les données avec des critères communs validés par l'ensemble des acteurs de la décision.
    • Multiplier les avis et les sources d'information et confronter les visions contradictoires.
  • Pour éviter le biais de formulation :

    • Formuler ou faire formuler différemment le message et se positionner en tant qu'" avocat du diable ".
    • Raisonner en fourchette de valeurs et non en valeurs précises pour éviter d'influencer la réflexion.

    Méthodologie et conseils

    Faire des choix de formulation et de confirmation permet de sortir d'une zone de confort et de facilité en focalisant son attention sur les éléments étudiés. Certaines actions favorisent cette remise en question :

    • Vérifier la véracité des données reçues et émises pour limiter les interprétations biaisées, notamment par des illusions de corrélation entre plusieurs événements perçus à tort comme étant liés ou associés.
    • Favoriser l'analyse des preuves qui s'avèrent contradictoires à ses propres hypothèses et accorder plus d'intérêt et d'attention aux autres hypothèses pouvant être à l'origine des informations équivoques ou ambiguës.
    • S'ouvrir à d'autres sources d'informations que celles qui confortent les convictions existantes et ne pas accorder une plus grande importance à la première information rencontrée, celle qui est à l'origine des convictions (effet de primauté irrationnelle).
    Avantages
    • Cette approche permet de favoriser une exhaustivité des arguments et des informations clés dans un processus décisionnel.
    Précautions à prendre
    • Les biais de formulation et de confirmation peuvent être utiles lorsque les informations traitées sont de nature rationnelle et/ou validée par l'expérience.
  • Jean-Marc Santi, Stéphane Mercier, Olivier Arnould