Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de l'Intelligence collective
Chapitre V : Faciliter les groupes

Fiche 15 : La facilitation graphique

  • Retrouvez 16 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 30 nov. 2017
©

La boîte à outils de l'Intelligence collective

7 chapitres / 65 fiches

Je m'abonne
  • Imprimer

Une carte mentale : SoL Global Forum, Paris 2014


En résumé

La facilitation graphique est une modalité de capitalisation en temps réel des échanges et productions d'un séminaire ou d'une réunion.

Elle permet de conserver sous forme de dessins et d'images une trace de la journée et des émergences clés issues des dialogues en intelligence collective : émotions, temps forts, questions, concepts, insights capturés par un facilitateur graphique.

Elle peut être réalisée à la main ou à l'aide d'un logiciel.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

  • Produire en temps réel une synthèse sous forme visuelle, un " compte-rendu " parlant et vivant.
  • Traduire la parole en image, donner à voir ce qui est dit.
  • Garder trace en une " création picturale " des temps forts, des bons mots, des questions essentielles co-élaborées et faciliter le partage pendant et après les réunions.

Contexte

Les images aident les personnes à penser et à mémoriser. Près de 70 % des apprenants sont visuels, canal de plus en plus stimulé dans notre environnement. Les comptes rendus ou les powerpoints sont peu lus. La réactivation des pensées et des expériences associées se fait plus facilement par l'image. Cela stimule l'effet de co-création de la journée, renforçant la perception des participants d'avoir contribué à une journée en intelligence collective. La facilitation graphique est très adaptée dans les séminaires en grand groupe et très grands groupes.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Le facilitateur graphique rencontre souvent le manager et les organisateurs du séminaire en amont pour comprendre la progression de la journée, ses objectifs, qui sont les participants, leurs préoccupations. Il est bon de mesurer ses qualités d'écoute et de synthèse plus que ses talents de dessinateur.
  • Il apporte son matériel, prépare son support en accord avec son client pour que sa capture soit organisée autour des différentes séquences de la journée.
  • Lors des pauses, une visite ou une projection de la fresque permet de partager l'histoire et de reprendre le fil tout en admirant la force de la création collective ; une promenade peut être effectuée devant la frise en fin de journée pour ancrer les messages clés et les éléments saillants relevés par le facilitateur graphique.
  • Des photos sont prises en fin de séminaire puis envoyées aux participants.

Méthodologie et conseils

Le facilitateur graphique est clé, chacun ayant son style. Certains utilisent davantage leur sens et talent de dessinateur et d'illustrateur graphique pour privilégier les métaphores et la dimension artistique de leur production, créant une véritable oeuvre graphique. D'autres, plus schématiques, notent les mots ou concepts capturés sans les représenter de façon véritablement créative en les organisant dans l'espace de façon à redonner le sens. Il est important de se sentir à l'aise avec le style du facilitateur graphique. Le lien entre celui-ci et l'animateur au cours de la journée permet des ajustements ou des compléments. Avec un logiciel, la capture peut être réalisée et projetée sous les yeux des participants.

Avantages

  • La fresque est transportable et pourra être affichée sur les murs des locaux de travail, elle laisse une trace vivante et servira de nouveau pour poursuivre les travaux.
  • L'imaginaire individuel et collectif est maintenu stimulé.

Précautions à prendre

  • Le facilitateur graphique a ses filtres et compréhensions de ce qui est important et fait sens.
  • Une lecture critique active de la fresque et la prise de notes en complément sont utiles.

Béatrice Arnaud, Sylvie Caruso Cahn