Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de l'Intelligence collective
Chapitre VII : Gouvernance

Fiche 02 : La sociocratie

  • Retrouvez 5 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 30 nov. 2017
©

La boîte à outils de l'Intelligence collective

7 chapitres / 65 fiches

Je m'abonne
  • Imprimer

L'organisation des rencontres des cercles de sociocratie



En résumé

La sociocratie a été créée par Gerard Edenburg. C'est une gouvernance assurée par l'ensemble du corps social et des personnes ayant des relations significatives, basées sur la confiance et la coopération.

Ce terme a été inventé par Auguste Comte et recouvre un modèle de gestion et de gouvernement dans lequel les mécanismes mis en oeuvre ont pour fondement la croyance que des individus libres et responsables feront des choix et agiront pour le bien du collectif.

Les outils de la sociocratie permettent de façon très structurée de rendre les processus de communication transparents et d'associer les personnes activement et de façon responsable aux décisions qui les concernent.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

  • Mettre en place une auto-organisation et une gouvernance partagée et durable.
  • Développer un mode de fonctionnement égalitaire.
  • Donner le pouvoir à la responsabilisation et à la créativité collective.
  • Accroître l'efficacité des décisions et de leur mise en oeuvre.

Contexte

La sociocratie peut être installée au sein d'une équipe ou d'une organisation qui a la volonté de traiter conflits ou différends autrement, de donner la voix à chaque personne en accordant la même importance à chacune. Cela repose sur la croyance que chacun a une partie de la réponse, que la compréhension des situations est enrichie par l'écoute de l'argumentation de chacun. La décision prise est meilleure, plus créative et mieux mise en oeuvre si elle est issue d'un processus collectif dans lequel les argumentations sont toutes recevables.

Comment l'utiliser ?

Étapes

La méthode d'organisation sociocratique repose sur quatre règles simples qui ont trait aux décisions " politiques ".

  • le mode de prise de décision par consentement ne demande pas un accord à la majorité ou à l'unanimité. Une décision est prise quand aucun membre n'y oppose d'objection considérée recevable par le groupe lui-même lors de réunions animées par un facilitateur formé issu du groupe selon un protocole strict ;
  • les cercles de concertation sont un lieu de parole et de décision. Chaque unité se dote d'un cercle responsable de l'atteinte des objectifs, de l'amélioration des méthodes de travail et du développement des compétences de ses membres. Ils sont calqués sur les équipes de l'organigramme ;
  • le double lien est une personne élue par son cercle, membre à part entière du cercle supérieur. Il fait remonter la vision de son cercle sans avoir le rôle de représentant et parle en son nom propre sans consulter les membres de son cercle. Au moins deux personnes d'un cercle prennent part aux décisions d'orientation du cercle immédiatement supérieur : le responsable de l'unité et un membre de l'équipe élu par ses membres ;
  • l'élection sans candidat : chaque membre du cercle propose la personne qu'il estime la plus adaptée à une fonction et justifie son choix. Elle est acceptée ou non par consentement des membres.

Méthodologie et conseils

La mise en oeuvre de la sociocratie nécessite la conviction par le manager de son intérêt et le désir d'oser, et suppose une autre conception de son pouvoir et de son rôle. La méthodologie à mettre en oeuvre est contraignante et peut être vécue comme lourde et dogmatique. Un accompagnement est utile au début.

Avantage

  • Changer d'avis en cours d'échange devient naturel. Il ne s'agit plus d'avoir raison ou tort mais de comprendre avec tous les points de vue exprimés, les conditions de résolution du problème posé et d'améliorer les propositions.

Précaution à prendre

  • La dimension extrême de la définition de l'objection recevable oblige à taire ses points de vue, ses émotions lors des réunions de cercle et peut créer des frustrations. Un lieu pour les exprimer peut être utile.

Béatrice Arnaud, Sylvie Caruso Cahn