Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la Conduite du changement
Chapitre VII : L'accompagnement du changement

Fiche 03 : Les ateliers de co-développement

  • Retrouvez 5 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 27 nov. 2017
©

La boîte à outils de la Conduite du changement

9 chapitres / 57 fiches

Apprendre autrement le changement par l'échange entre pairs

En résumé

Les projets de changement nécessitent que les acteurs sur le terrain proposent des solutions à des situations nouvelles. Pour avancer des solutions sans anxiété et en développant l'intelligence collective, la méthode du co-développement peut être employée. Cette méthode permet un échange orienté sur la résolution de problèmes et en même temps une occasion d'apprentissage pour les acteurs.

Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Le groupe de co-développement

Payette A., Champagne C., Le Groupe de codeveloppement professionnel, PU Quebec, 2005.

est une démarche structurée orientée vers la résolution de problèmes collectifs avec des rôles bien précis des différents intervenants. Le principe consiste à ce qu'un groupe de personnes se réunit et échange autour d'un problème et/ou d'une interrogation. Celui qui présente la problématique à traiter est le client. Les autres jouent le rôle de consultants. Ils ont comme objectif d'aider le client à bien définir sa problématique, à l'expliquer et à proposer des pistes d'actions.

Contexte

Les ateliers de co-développement dans les projets de changement se font en fonction des besoins de solutions pour mettre en oeuvre le changement de façon opérationnelle. Ils sont en général structurés de trois séances d'une demi-journée sur 1 à 2 mois.

Comment l'utiliser ?

Étapes

Le co-développement est une approche très structurée avec des objectifs, des principes et des phases.

  • La première étape est l'exposé du sujet en problématique. Le rôle du client est d'argumenter en objectivant, et de comprendre pourquoi le sujet pose problème. Le rôle du consultant est d'écouter et d'analyser la demande.
  • La deuxième étape est la clarification de la problématique. Le rôle du client est de distinguer ce qui est des faits objectifs de la posture comportementale et de proposer des chaînes causales d'explication. Le rôle du consultant est de ramener le client sur les faits et les intégrer dans des chaînes causes/conséquences.
  • La troisième étape est le contrat de consultation. Le rôle du client est de formuler une synthèse de la situation et de la demande. Le rôle du consultant est de reformuler la synthèse pour bien s'entendre sur le sujet et la demande.
  • La quatrième étape correspond aux réactions, commentaires et suggestions pratiques des consultants.
  • La cinquième étape estla synthèse et plan d'action. Le rôle du client est de ramasser des informations disparates en les structurant. Le rôle du consultant est d'orienter la réflexion vers des actions adaptées au client.
  • La sixième étape estla conclusion, ou l'évaluation et l'intégration des apprentissages par chacun.

Méthodologie et conseils

Dans son ouvrage Learning as a Way of Being, Vaill

Vaill P.B., Learning as Way of Being. Strategies for Survival in a World of Permanent White Water, San Francisco, Jossey Bass, 1996.

situe l'apprentissage dans la pratique comme la seule manière d'appréhender la globalité d'une activité.

Avantages

  • Pour opérer un changement il faut que les bénéficiaires changent leur manière de voir dans une logique d'apprentissage.

Précautions à prendre

  • L'autorégulation n'est pas évidente. Un autre participant peut jouer le rôle d'animateur et veiller au bon fonctionnement des séances de telle manière que chacun reste dans son rôle.

David Autissier, Jean-Michel Moutot