Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils du Développement personnel en entreprise

Chapitre V : S'affirmer

  • Retrouvez 11 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 28 nov. 2017
©

La boîte à outils du Développement personnel en entreprise

7 chapitres / 71 fiches

Je m'abonne
  • Imprimer

Réagir naturellement ou " assertivement " ?

Dans une situation délicate, nous adoptons généralement l'un des trois comportements suivants :

  • agressivité : nous cherchons à dominer la situation, à intimider ;
  • fuite : nous cherchons à éviter toute confrontation (au besoin par l'absence) ;
  • manipulation : nous cherchons à retourner la situation de manière machiavelique.

Ces trois comportements donnent aux autres un grand pouvoir sur nos vies et peuvent créer un sentiment de dévalorisation voire d'impuissance, puisque nous ne sommes pas capables de nous faire entendre ni respecter calmement et sereinement. Notre humeur et nos relations en pâtissent.

L'affirmation de soi, ou assertivité, se positionne comme une quatrième alternative pour mieux faire face et éviter les écueils des trois comportements précédents.

L'assertivité repose sur des prémisses très différentes mais qui permettent d'établir des relations plus équilibrées dans le temps. Elle nécessite en effet de reconnaître ses droits et ses besoins tout en respectant ceux des autres dans la situation. Cette approche est plus ou moins naturelle suivant les personnes et nécessite souvent d'être apprise, surtout si vous avez une tendance nette à l'un des trois comportements présentés.

Développer votre assertivité

L'affirmation de soi repose sur deux fondations qui permettent ensuite de s'exprimer avec efficacité et de réagir aux propos de ses interlocuteurs sans agressivité ni fuite.

Il s'agit d'abord de se reconnaître des droits, c'est-à-dire d'établir son propre " code civil " des relations avec les autres, en identifiant ce que vous acceptez et n'acceptez pas. Sans ce code, il n'est pas possible de s'affirmer avec calme et fermeté. Il s'agit aussi de prendre conscience de l'importance des signes de reconnaissance dans les relations humaines.

Sur la base de ces fondations, il est possible de travailler la formulation de sa communication dans un certain nombre de cas sensibles de la vie quotidienne.

  • Une critique : notre maladresse dans la formulation des critiques nous a fait croire qu'elles étaient systématiquement mal perçues et accompagnée d'une réaction émotionnelle forte ; heureusement, il est possible de les rendre acceptables en suivant la trame DESC, éprouvée depuis des décennies.
  • Un non : par peur du rejet, nous préférons souvent dire oui plutôt que non, et tout cela à notre détriment.
  • Un conseil : il est facile de donner un conseil, mais peut-être moins d'identifier les conditions qui feront en sorte que l'autre le suive !
  • Une demande : obtenir quelque chose de quelqu'un est un acte loin d'être anodin et parfois (encore plus en position d'autorité), nous basculons dans une exigence, qui n'a rien à voir.
  • Un besoin : c'est tout l'art de l'approche de la communication non violente que de nous apprendre à réagir à une situation en verbalisant à la fois notre émotion et son besoin sous-jacent pour être mieux compris des autres.

L'affirmation de soi se manifeste aussi dans les réactions que nous pouvons avoir dans les situations suivantes :

  • Face à un compliment : il est normal d'être mal à l'aise lorsque l'on reçoit un compliment, mais il est nécessaire pour son équilibre et son estime de soi de savoir l'accepter.
  • Face à une critique : malheureusement, tout le monde n'a pas cet ouvrage entre les mains et ne formulera pas une critique dans les règles ; il est donc utile d'apprendre à réagir face à des formulations souvent maladroites.
  • Face à une attaque : dans l'environnement professionnel notamment, il n'est pas rare de recevoir des " pics " de la part de collègues qui cherchent à nous provoquer et qu'il faut apprendre à déjouer.

Laurent Lagarde