Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils du Développement personnel en entreprise
Chapitre III : Développer son intelligence émotionnelle

Fiche 02 : La connexion à ses sensations

  • Retrouvez 11 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 28 nov. 2017
©

La boîte à outils du Développement personnel en entreprise

7 chapitres / 71 fiches

Je m'abonne
  • Imprimer

Repérer les sensations corporelles émotionnelles


En résumé

Les émotions sont des signaux, nous renseignant en permanence sur nous, nos valeurs, nos besoins, la nature de notre relation avec l'autre. Malheureusement, beaucoup de personnes (et notamment les hommes) se sont coupées intellectuellement de leurs émotions pensant éviter la douleur qui y est associée. Une émotion non traitée, parce qu'elle n'est pas identifiée, ronge de l'intérieur et occupe progressivement de plus en plus de place.

Ainsi, il est nécessaire de rétablir une connexion entre le corps et l'esprit en réapprenant à ressentir, pour distinguer nos sensations avec plus de finesse.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

  • Les émotions sont inhérentes à l'être humain. Mais, au cours de leur éducation, de nombreuses personnes ont été punies pour l'expression spontanée de leurs émotions. Même si elles ont alors appris à contrôler leur expression émotionnelle, l'activation physiologique, elle, a subsisté. Par conditionnement, cette punition a transformé l'émotion en stresseur, qui, cumulé à l'activation physiologique, induit un risque accru de problèmes de santé.
  • Il est donc fréquent que l'on ait choisi (inconsciemment) de se couper d'un type de sensations, révélateur d'une émotion particulière, parce qu'elle n'était pas acceptée dans le contexte familial (" Tu ne dois pas pleurer [= donc, être triste] mon fils ! "). Or les émotions servent à nous informer de l'effet que nous font les situations que nous vivons, afin que nous puissions nous y adapter au mieux. C'est donc un handicap que de se priver de cette source d'informations.

Contexte

L'outil est particulièrement adapté à ceux qui " entretiennent " une séparation entre corps et esprit, qui se matérialise par une inhibition émotionnelle et peu de capacité - ou de volonté - à l'introspection.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • À partir d'un événement déclencheur, scannez votre corps, de haut en bas, à la recherche des sensations physiques et des modifications physiologiques.
  • Localisez-les et qualifiez-les sur ces différents critères :

    • Physique : tonus musculaire ? yeux et sourcils ? rides ? poils ? points ? mains moites ? voix ? boule dans la gorge ?
    • Physiologique : rythme cardiaque ? organe ? température ? respiration ? transpiration ? salivation ? teint de la peau ?
    • Caractère : intensité ? durée ? agrément (plaisant/déplaisant) ?

    Méthodologie et conseils

    • Pour entamer ce travail, il faut aussi accepter de remettre en question les schémas qui vous ont été inculqués dans votre éducation. La bonne intention qui a prévalu à l'enfance n'est probablement plus pertinente pour vous à l'âge adulte.
    • Le travail de " reconnexion " à ses sensations peut être difficile au début si vous avez développé le réflexe de les ignorer. Au début, vous aurez l'impression de ne rien ressentir, mais ce n'est pas possible, il faut être mort pour cela.
    • L'intensité des sensations ressenties dépend aussi de votre état physiologique avant l'événement. Un crissement de pneus n'aura pas le même impact sur vous selon que vous êtes en train de marcher dans la rue ou tranquillement affalé sur votre canapé : la peur s'ajoutera à une activation basse ou élevée.

    Avantages

    • La reconnexion à ses sensations est le premier pas indispensable à réaliser lorsque l'on vit depuis trop longtemps coupé de ses émotions. Sans ce premier niveau d'information, il n'est pas possible de reconnaître son émotion et donc de la gérer.

    Précautions à prendre

    • Il est possible d'évoluer dans la vie sans être connecté à ses sensations : sous le contrôle du lobe frontal du cerveau, la peur et la colère notamment peuvent être dissimulées. Mais il est montré que l'inhibition émotionnelle entraîne des effets négatifs tant sur le plan psychologique que somatique.
  • Laurent Lagarde