Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la stratégie
Chapitre V : Structure et stratégie organisationnelle

Fiche 01 : Les 3 caractéristiques de la structure

  • Retrouvez 10 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 12 août 2016
©

La boîte à outils de la stratégie

8 chapitres / 56 fiches

La structure d'une entreprise présente 3 caractéristiques principales. 1. La spécialisation qui traduit le mode et le degré de division du travail dans l'entreprise. 2. La coordination qui représente les modes de collaboration institués entre les unités. 3. La formalisation qui indique le degré d'explicitation dans la définition des règles de fonctionnement de l'entreprise. Exemples : Société de conseil = spécialisation élevée + coordination souple + formalisation réduite. Entreprise publique = spécialisation moyenne + coordination étroite + formalisation forte.

Je m'abonne
  • Imprimer

Spécialisation, coordination et formalisation

Source : d'après Frédéric Leroy, Bernard Garrette, Pierre Dussauge, Rodolphe Durand, Laurence Lehmann-Ortega, dir., Strategor, Dunod, 6e édition, 2013.

Source : d'après Frédéric Leroy, Bernard Garrette, Pierre Dussauge, Rodolphe Durand, Laurence Lehmann-Ortega, dir., Strategor, Dunod, 6e édition, 2013.

Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Cette approche permet d'analyser et de comparer les caractéristiques de la structure de l'entreprise. Elle doit aussi indiquer au dirigeant les points à faire évoluer et les changements nécessaires pour une meilleure organisation de l'entreprise.

Contexte

L'organigramme de l'entreprise, c'est-à-dire la représentation graphique de sa structure, donne des indications sur ces 3 caractéristiques :

  • la spécialisation à travers le nombre d'unités (largeur) et de niveaux hiérarchiques (hauteur) ;
  • la coordination à travers la ligne hiérarchique et les liaisons fonctionnelles ;
  • la formalisation à travers l'existence et le degré de précision de l'organigramme.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • La spécialisation : comment effectuer cette division du travail dans l'entreprise ? par fonctions (production, ventes, achats, marketing, finance...) ; par activités (jeux vidéo, musique, télécoms et télévision payante pour Vivendi) ; par marques (Knorr, Lipton, Miko, Axe, Signal, Dove, Omo... pour Unilever) ; par types de clients (B to C, B to B, grands comptes...) ; par circuits de distribution (grande distribution, spécialistes, vente en ligne...) ; par zones géographiques (des filiales autonomes en Europe, Amérique, Asie) ; par projets (dans le BTP, les sociétés d'ingénierie...).
  • La coordination : la hiérarchie demeure le principal mode de coordination, particulièrement dans un système pyramidal où l'autorité est forte. Les relations de coordination sont alors verticales : supérieur-subordonné (descendantes ou top-down), mais parfois bottom-up quand les salariés sur le terrain sont moteurs dans la coordination (remontées d'informations décisives sur les clients, les concurrents...). Ces relations de coordination peuvent aussi être horizontales : des groupes de travail faisant appel à des coordinateurs (des chefs de produit ou de projet).
  • La formalisation : permet la standardisation des processus de travail. Existe-t-il ou non dans l'entreprise un organigramme détaillé, des chartes explicites, des manuels de procédures (" bibles "), des fiches de poste, des livrets d'accueil... ?

Méthodologie et conseils

La spécialisation, la coordination et la formalisation permettent de caractériser la structure de toute entreprise.

Les questions que le dirigeant doit se poser :

  • Concernant la spécialisation : jusqu'à quel niveau de détail le découpage de l'organisation doit-il être réalisé ? Les collaborateurs doivent-ils être polyvalents ou experts ?
  • Concernant la coordination : quel est le bon niveau d'autonomie pour les différentes unités de l'entreprise ? Les décisions doivent-elles être centralisées ou décentralisées ?
  • Concernant la formalisation : chaque point doit-il être défini de façon stricte et précise, ou des interprétations peuvent-elles être laissées à l'appréciation des collaborateurs ?

Avantages

  • La formalisation permet de clarifier et de rationaliser le fonctionnement de la structure.

Précautions à prendre

  • Une formalisation excessive peut être source de rigidité et de tentations de contournement.

Bertrand Giboin © Dunod