Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de l'Organisation
Chapitre VI : Les outils d'amélioration

Fiche 05 : Le diagramme d'Ishikawa

  • Retrouvez 11 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 11 déc. 2017
©

La boîte à outils de l'Organisation

9 chapitres / 63 fiches

  • Imprimer

Classement des causes d'un problème par catégorie


En résumé

Le diagramme d'Ishikawa un schéma en " arêtes de poisson " qui, dans les groupes de résolution de problèmes, est utilisé pour visualiser l'enchaînement logique des causes (rangées par catégories) qui produisent un même effet. Sa construction permet de classer clairement les idées et en provoque de nouvelles.

Ce schéma s'appelle aussi :

  • diagramme en arêtes de poisson ;
  • diagramme des 5M ;
  • diagramme causes-effet.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Le diagramme d'Ishikawa est une aide qui permet de visualiser comment s'organisent les causes d'un problème. En groupe, il est important d'avoir la même vision des choses. Cet outil visuel a ce but. Ainsi, les membres du groupe de travail observent le même classement et peuvent atteindre un consensus.

Contexte

À utiliser à chaque fois que vous souhaitez faire la synthèse graphique de toutes les causes possibles pouvant entraîner un effet (problème, dysfonctionnement, résultat, etc.) auquel vous vous intéressez :

  • en groupe de travail à l'issue d'un brainstorming de recherche de toutes les causes possibles d'un problème ;
  • seul, pour mieux comprendre quels paramètres influencent un résultat ou un phénomène que vous étudiez ;
  • dans le cadre d'un rapport, pour présenter de façon simple aux destinataires les liens de cause à effet.

Comment l'utiliser ?

Étapes

Voici quelques indications à suivre pour y parvenir...

  • Tracer une grande flèche horizontale qui pointe vers l'effet étudié (écrire au bout de la flèche l'effet en toutes lettres).
  • Définir les familles de causes et tracer des flèches inclinées qui pointent toutes vers la flèche horizontale. Chaque flèche inclinée correspond à une famille. Éviter de définir plus de 6 à 7 familles (on utilise souvent la classification 5M : Matières premières, Méthodes, Main d'oeuvre, Machines, Milieu). Indiquer au départ de chaque flèche le nom de la famille représentée.
  • Classer les causes par familles de causes.

    • Famille matière : causes liées à la matière première et par extension aux composants fournis en amont.
    • Famille moyens : causes liées aux moyens de réalisation des activités impliquant machines, outillages ou des logiciels.
    • Famille main-d'oeuvre : causes liées aux personnes intervenantes, éventuellement liées à leurs carences, par exemple un manque de compétences.
    • Famille méthodes : causes liées aux méthodes de réalisation des activités et par extension à l'organisation ou au fonctionnement d'un service voire de l'entreprise.
    • Famille milieu : causes liées à l'environnement physique, social, conjoncturel, géographique, économique, politique ou autre sur lequel l'entreprise a ou n'a pas d'influence possible.

    Une sixième famille peut parfois être ajoutée en fonction de la nature de l'activité, comme la famille management.

  • Répartir les causes par famille en traçant des ramifications autour de chaque flèche représentant une famille donnée.
  • Méthodologie et conseils

    Certaines causes peuvent se situer sur plusieurs branches en fonction de l'interprétation qu'on leur donne. Cela peut être fait quelques fois mais il faut faire des choix pour l'éviter le plus possible.

    Avantages

    • Donne une vision synthétique des liens de cause à effet.
    • Aide à pousser la réflexion pour tenter d'être exhaustif sur toutes les causes possibles d'un problème étudié.

    Précautions à prendre

    • Faire des choix sur le positionnement de certaines causes pouvant être sur plusieurs familles.

    Comment être plus efficace ?

    • Avant de mette en oeuvre un diagramme d'Ishikawa, il faut avoir fait une liste des différentes causes à un problème qui est l'objet de l'étude.
    • Après un brainstorming, on peut arriver à un grand nombre d'idées. On peut être déstabilisé par le résultat de ce foisonnement d'idées. Que va-t-on en faire ? Comment va-t-on les utiliser ?
    • Le diagramme d'Ishikawa nous permet dans un premier temps de les classer par familles.
    • On parle du diagramme des 5M car généralement on utilise 5 familles commençant par un M : Matière, Matériel ou Moyens, Milieu, Main d'oeuvre, Méthodes. Mais ce n'est pas une règle stricte. On peut en ajouter, mais au grand maximum deux pour ne pas surcharger le graphe.
    • On peut changer des noms de familles. Par exemple, il arrive qu'on ait une famille Management ou une famille Organisation. Cela va dépendre du sujet étudié, du contexte et de l'entreprise où on se situe.
    • Ensuite, on prend la liste des causes énumérées et pour chacune d'entre elles le groupe définit la famille à laquelle elle appartient. Il peut arriver qu'une cause se place sur deux branches du diagramme, à cause de l'origine de celle-ci qui peut être de deux natures.
    • On vient alors reporter la cause sur une branche qui se colle sur la branche principale de la famille.
    • Vu le nombre de causes, on peut être amené à regrouper des causes au sein d'une famille dans une sous-famille. Cela fait des petites branches qui se rattachent à la branche principale.
    • Le diagramme d'Ishikawa, devient un arbre avec des branches majeures et puis des branchettes et puis des branches encore plus petites.
    • Cet outil de visualisation nous permet de voir une famille qui peut être plus fournies que les autres.
    • Le diagramme d'Ishikawa ne sera complet qu'à partir du moment où l'on utilisera le diagramme de Pareto avec des données chiffrées, qui nous permettra de faire des choix sur les causes à éradiquer.

    Un dessin vaut mieux qu'un long discours.

    COMMENT gérer la ressource temps pour une meilleure efficacité personnelle et collective ?

    Dans une usine de production de cartons d'emballage de 300 personnes, la direction s'est rendu compte de la grande déperdition de temps qui existait chez l'ensemble de ses cadres. Cette déperdition génère de la perte d'efficacité et de productivité. Elle décide d'organiser un groupe de travail avec des représentants des différentes fonctions pour réfléchir aux causes de cette problématique.

    Benoît Pommeret

    Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
    rédactrice en chef

    La Lettre de la Rédac

    Chaque matin, l'essentiel de l'actu