Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils du Leadership
Chapitre I : Développer son  le adership personnel

Fiche 12 : Les 6 modes de structuration du temps

  • Retrouvez 16 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 1 déc. 2017
©

La boîte à outils du Leadership

6 chapitres / 56 fiches

Les 5 étapes pour construire une relation de confiance


En résumé

Éric Berne, le fondateur de l'analyse transactionnelle, a identifié 6 modes de structuration du temps. Ils sont classés par ordre d'intensité en termes d'implication et de quantité de signes de reconnaissance échangés (voir outil 51). Chaque mode de structuration du temps est positif quand le leader cherche à satisfaire de manière efficace ses besoins de reconnaissance et négatif quand il cherche à les satisfaire de manière inefficace.

Pour construire une relation de confiance, le leader investit successivement dans les modes de structuration du temps positifs.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Situer le niveau de confiance dans la relation avec ses interlocuteurs et identifier les étapes à franchir pour développer la coopération.

Contexte

Dans toute relation, le niveau de confiance entre les interlocuteurs s'évalue à travers les modes de structuration du temps utilisés.

Comment l'utiliser ?

Étapes

Identifier les modes de structuration du temps utilisés avec chaque interlocuteur et investir ceux qui vont permettre d'établir une coopération efficace.

Méthodologie et conseils

Le retrait : il n'y a pas d'échange avec l'autre. Il est positif quand le leader s'isole pour prendre du recul et réfléchir. Il devient négatif s'il exprime un évitement, une fuite de la relation.

Les rituels : ils permettent d'entrer en contact avec l'autre sans prendre de risque dans la relation. Les rituels sont positifs quand ils constituent une entrée en relation par le " bonjour, comment ça va ? " et l'autre de répondre " ça va ". Ils permettent de signifier à l'autre qu'il existe pour soi. Ils deviennent négatifs s'ils manquent de sincérité ou lorsqu'ils constituent un moyen d'éviter de s'impliquer plus dans la relation.

Les passe-temps : ce sont des échanges informels sur des sujets extraprofessionnels peu impliquants - " la pluie et le beau temps " - qui permettent d'aller un peu plus loin dans la relation sans prendre de risques. Les passe-temps sont positifs quand ils constituent une manière de faire connaissance en échangeant sur des sujets d'intérêt général. Ils deviennent négatifs lorsqu'ils permettent d'éviter de traiter un problème.

Les activités : il s'agit de partager des activités ensemble. L'activité positive se nourrit des échanges d'information, de la recherche de solutions, de la confrontation constructive pour atteindre le résultat visé. Le versant négatif de l'activité est l'activisme : il permet au leader d'éviter d'être en contact avec lui-même, ses ressentis ou de parler de la relation avec l'autre.

Le lâcher prise : la personne prend le risque de se dévoiler, de parler d'elle-même. L'authenticité de la relation autorise la richesse du partage d'idées, y compris lorsqu'il y a divergence de point de vue. Il apporte des signes de reconnaissance positifs intenses qui traduisent le niveau de confiance installé.

Les jeux conflictuels : ils constituent un mode de structuration du temps au processus destructeur pour la relation. Ils sont inconscients et prennent leur source dans des malentendus et sous-entendus. Ils sont entretenus car ils nourrissent les besoins de reconnaissance de façon négative (voir outil 51).

Avantages

  • Les modes de structuration du temps permettent d'évaluer le degré de confiance dans la relation et de trouver des pistes pour approfondir la relation.

Précautions à prendre

  • Investir dans les rituels et les passe-temps pour pouvoir ensuite coopérer efficacement.
  • Après un conflit, rétablir la relation suppose d'investir dans les rituels et les passe-temps.
  • La sincérité nourrit le besoin de reconnaissance positif.

Jean-Pierre Testa, Jérôme Lafargue, Virginie Tilhet-Coartet