Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils du Leadership
Chapitre II : Définir  sa  vision  et la  communiquer

Fiche 07 : La règle de trois

  • Retrouvez 12 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 1 déc. 2017
©

La boîte à outils du Leadership

6 chapitres / 56 fiches

Structurer son intervention avec les 3 temps de l'exposé


En résumé

Un leader est avant tout un communiquant et bien communiquer, c'est structurer sa pensée afin d'être bien compris. L'outil règle de trois permet de structurer sa pensée en 3 temps :

  • réussir son introduction ;
  • développer son propos ;
  • conclure.

Cette règle de trois s'appuie sur la citation de l'académicien Jean Guitton pour lequel " le secret de tout art d'exprimer consiste à dire la même chose trois fois : on dit qu'on va la dire, on la dit, on dit qu'on l'a dite ".


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Donner plus d'impact à une prise de parole en public.

Marquer les esprits avec un exposé bien structuré et un message rappelé à trois reprises.

Contexte

La règle de trois est utile pour structurer toute communication orale et faire passer des messages-clés dans un contexte où, par exemple, sont présentées de nouvelles orientations stratégiques.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Introduire (je dis ce que je vais dire).
  • Développer son message (je le dis).
  • Conclure (je dis que je l'ai dit).

Méthodologie et conseils

  • Bien introduire son propos : dire ce que je vais dire

    • Accrocher l'auditoire par une anecdote, une image, une métaphore.
    • Situer le sujet en s'appuyant sur la lanterne magique (voir outil 22) et les 5P (voir outil 24).
    • Annoncer le plan.
  • Développer son message : le dire

    • Organiser son plan en deux ou trois parties équilibrées, centrées autour de ses idées-clés regroupées par grands thèmes en gardant en tête ce qui est important pour l'auditoire et les questions auxquelles doit répondre l'intervention.

      Exemples de plans possibles :

      • le plan linéaire ou chronologique (passé, présent avenir : ce que nous avons fait et ce qui reste à faire) ;
      • le plan par opposition (les avantages/les inconvénients, les faits/le droit, le diagnostic/les remèdes) ;
      • le plan par aspects ou thématiques (économique, juridique, social, politique, culturel, technique, organisationnel, médical, philosophique, individuel, collectif) ;
      • le plan journalistique (QQOQCCP : qui, quoi, où, quand, comment, combien, pourquoi) ;
      • le plan par points de vue (DRH, financiers, commerciaux, techniciens).
    • Marquer des temps de pause pour mettre en exergue la construction de l'exposé.
    • Éliminer les idées secondaires.
    • Hiérarchiser les idées et sélectionner les exemples les plus parlants : pas plus de 3 (ce nombre est fondé sur la quantité d'informations que le cerveau humain peut absorber à un moment donné).
    • Veiller à faire des conclusions partielles et soigner les transitions.
  • Pour bien conclure : dire qu'on l'a dit

    Résumer le coeur du message.

    • Conclure par une affirmation ou une question en apportant des pistes de résolution d'un problème ou en en posant une autre, en proposant une action ou une réflexion, en ouvrant un débat.

    Avantages

    • La règle de 3 permet au leader de ne pas perdre le fil de sa pensée, d'avoir en tête qu'un message important est un message que l'on répète à 3 reprises. Ces 3 temps de l'exposé peuvent figurer sur un bristol qu'on peut tenir dans une main en guise d'aide-mémoire.

    Précautions à prendre

    • Ne pas oublier de soigner la forme, le ton, la posture, le regard.
    • S'exprimer dans un langage simple, accessible et compréhensible par tous.
    • Privilégier les images évocatrices et le langage des émotions.

    Comment être plus efficace ?

    Comment susciter l'intérêt de ceux auxquels vous vous adressez :

    Bien introduire son propos

    Ce qui est important dans un discours, c'est le commencement, l'introduction. L'orateur romain Quintilien disait : " Quand vous parlez en public, l'essentiel est la première phrase ".

    Pour l'accroche, penser à une anecdote, une note d'humour, une question, un fait d'actualité mais pas tout cela à la fois bien entendu.

    • L'anecdote peut être liée au thème, à la circonstance ou au public :

      Exemples : " Hier, j'écoutais la radio, et j'ai entendu parler de la récente découverte sur le génome. "

    • L'humour, si et seulement si on a l'habitude de le pratiquer et si on se sent à l'aise avec cela, sinon ce peut être risqué

      Exemples : " Figurez-vous que l'être humain est proche de la mouche à divers égards. "

    • La question qu'on aimerait qu'on vous pose :

      Exemples : " Vous vous demandez quels les points communs entre un être humain et une mouche ? "

    • La petite phrase qui sonne comme un slogan :

      Exemple : " L'homme et la mouche : la même constitution biologique. "

    • Le fait d'actualité :

      Exemple : " Un rapport récent nous informe de... "

    Développer son message : le dire

    Dans le développement, illustrer son discours par des métaphores et des anecdotes personnelles sans trop en dire afin de cultiver sa part de mystère et permettre à chacun de s'identifier à soi.

    " Tout ce qui est personnel est universel. " Charlie Chaplin

    • Être simple et humble : le charisme est ce plus que vous dégagerez si vous n'en faites pas trop.
    • Laisser du temps pour laisser à l'auditoire la possibilité de comprendre ce que l'on a dit ou de se le représenter par des images. Jouer sur tous les " sens ",
    • Articuler : détacher les sons, ouvrir bien la bouche, desserrer les mâchoires, respecter les liaisons, prononcer les mots en entier.
    • Éviter les défauts habituels : parler trop vite, ne pas ouvrir la bouche, laisser tomber la fin ou manger les mots.
    • Exprimer ses messages en disant " vous " et " je ".
    • Adopter un langage adapté à l'auditoire et éviter le " jargon professionnel ".
    • Éviter un style abstrait (ex : au lieu de " plus de 3 000 m3 d'eau ont déferlé ", dire " l'équivalent d'une piscine olympique ").
    • Privilégier le concret.

    Éviter les tournures négatives, impersonnelles et les dépréciatives. Privilégier les tournures positives.

    Bien conclure : dire qu'on l'a dit

    Prendre le temps pour conclure et réussir la fin de son intervention : le temps final est celui de l'expiration, " une respiration finale bien posée pour exprimer que c'est fini sans laisser le public sur sa faim ".

    Répéter l'idée ou le mot-clé. Se souvenir que pour retenir les choses, le cerveau a besoin de les entendre trois fois.

    Cas : Comment susciter l'intérêt de son auditoire : la métaphore des 4 éléments (Guyette Lyr)

    Contexte

    Sophie est directrice du marketing d'un groupe de conseil. Elle prend souvent la parole lors de conventions annuelles. Elle passe beaucoup de temps à préparer ses interventions et respecte les 3 temps de l'exposé mais avoue manquer de charisme et a du mal à emporter l'adhésion de son auditoire.

    Intervention

    Une coach l'aide à travailler sa présence. Elle lui donne un outil métaphorique qui lui permettra de gagner en aisance à l'oral. Il s'appuie sur les 4 éléments de l'univers

    La terre : ancrage, présence, équilibre, stabilité, réalité, verticalité.

    Sophie doit veiller à être bien ancrée dans le sol.

    Son discours est concret et précis.

    L'air : respiration, légèreté, pauses, mouvements dans l'espace.

    Sophie est droite, elle respire et laisse respirer l'auditoire.

    Son discours léger et aéré intègre des pauses et des silences.

    Le feu : énergie, conviction, passion, envie.

    Sophie se montre impliquée et physique.

    Un discours affirmé et incarné par l'oratrice.

    L'eau : débit, alternance, flux, reflux, reflet, tranquillité.

    Sophie est tranquille, sereine.

    Son discours alterne comme les cours d'eau un débit rapide et des temps calmes.

  • Jean-Pierre Testa, Jérôme Lafargue, Virginie Tilhet-Coartet