[Design Branding] La culture tatouage : un langage pour les marques ?

Publié par le

Le branding dans la peau. Comment les marques utilisent-elles aujourd'hui la culture tatouage ? Que doivent-elles intégrer pour construire un langage cohérent, source d'engagement et de valeur ?

Je m'abonne
  • Imprimer
La culture tatouage et les marques identitaires : de la valeur esthétique à la quête de sens

Il semble naturel, voire légitime, que les marques d'alcools et de parfums s'inspirent de la culture tatouage. Pour quelles raisons?

Les marques d'alcools et de parfums séduisent les publics en jouant sur des registres très émotionnels. Elles s'adressent à des groupes d'individus en pleine quête identitaire. Leur appartenance à une tribu ou leur adoption de certains codes de marque leur permettent de définir un territoire et d'exister. L'un des principaux leviers des marques identitaires pour attirer l'attention des consommateurs est leur packaging. Quand le packaging est événementiel et qu'il associe un tatoueur jouissant d'une certaine notoriété, la marque devient plus désirable et conforte les consommateurs les plus fidèles à la marque.

Le tatouage est devenu une source d'inspiration graphique, tout comme le mouvement du street art. Chez les marques d'alcool, habiller son packaging d'un motif tatouage sublime le packaging et le starifie sur un marché où le statut et l'image sont primordiaux. Le côté éphémère d'une édition limitée avec un "packaging tatoué" rompt avec le côté permanent du tatouage. Cette forme de tension, de paradoxe peut être un levier de développement pour les marques qui souhaitent adopter une approche audacieuse, voire rupturiste.

Suivent, dans ce diaporama, quelques exemples de marques qui ont capitalisé sur la puissance esthétique du tatouage...

Michelle Taing, planneuse stratégique pour l'agence CBA

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet