EN CONFINEMENT AVEC… PAUL DE FOMBELLE – SARBACANE

Publié par le - mis à jour à

Aujourd’hui, Paul de Fombelle, directeur général de Sarbacane, nous parle de son quotidien, de ses gros challenges à venir et des effets positifs à retenir de la situation selon lui...

  • Imprimer

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour ! Je suis le DG de Sarbacane. Nous faisons de l’email marketing, du SMS, de l’automation. Je dirige les équipes avec Mathieu Tarnus, le fondateur.

Quel est ton quotidien de télétravailleur ?

Nous sommes six à la maison. Même si le télétravail et la compagnie de quatre enfants en bas âge parait évidemment un poil incompatible, j’ai surtout conscience de notre chance. Je suis loin d’être isolé. La chambre rose et verte de ma fille, sous les toits, a été réquisitionnée pour devenir un bureau. Je suis bien installé. Le choc est violent quand je sors de la bulle de mon QG de campagne et que je rejoins la famille pour déjeuner.

Quels seront les effets positifs de la situation ?

Je pense qu’on peut rester optimistes et sereins pour l’avenir, sans avoir besoin de chercher des effets positifs maintenant. Bien sûr nous sortirons grandis de cette incroyable expérience, bien sûr le quotidien apporte des sources immenses de satisfaction, mais restons d’abord lucides : aujourd’hui il y a des malades, de la peur, des isolés. Du point de vue de l’activité économique, j’ai un peu le même réflexe : même si on peut toujours noter dans une crise économique des opportunités, l’occasion peut-être d’assainir le marché de certains business model irrationnels ou sous perf, difficile de ne pas voir surtout aujourd’hui la simple réalité : le choc pour les petites entreprises de l’économie en première ligne est d’une violence unique.

Si on parle un peu business, quels sont tes gros challenges à venir ?

La première étape pour nous a été extrêmement intense. Le bouleversement pour nos clients (tous, PME comme grands groupes) a généré des besoins urgents en communication de crise. Ils ont envoyé via Sarbacane des dizaines de millions de messages d’information, email ou SMS. Dans notre modèle l’accompagnement est central, nous avons une quarantaine de personnes qui bossent au quotidien au téléphone pour aider les clients. Elles ont été tout simplement incroyables pour ne pas lâcher l’affaire, répondre présent, malgré les contraintes du full remote. Le gros challenge à venir de la crise, pour nous comme pour nos clients, va être de tenir la durée avec cet état d’esprit. Il faut falloir ne pas tomber dans la lassitude, absorber le choc, faire tant que possible le dos rond, et surtout batailler de toute notre énergie pour rester solides.

Poke un CMO dont tu souhaites lire le témoignage.

Poke (on dit encore ça ?) Maxime Thieffry, co-fondateur de CLiPLE, une start-up basée comme nous près de Lille spécialisée dans la vidéo professionnelle et avec qui nous collaborons régulièrement.

 

La carte divertissement 

Un livre : Pour les psychopathes qui ont déjà fini La Peste, Le Hussard sur le Toit et L'Amour au temps du choléra, je recommande le journal de confinement fictif écrit par Pouchkine, Le festin en temps de peste. Beaucoup plus sérieusement, il faut se détendre ! Je viens de me régaler en dégustant un inédit de Rabelais : Traité de bon usage de vin.

Un film/série : La Nouvelle vie de Monsieur Horten de Bent Hamer

Une chanson : Guacamole de Kevin Johansen

 

Envie de participer à cette rubrique ? Contactez nous à regie@netmedia.group

Autres articles proposés