EN CONFINEMENT AVEC… JULIE DELEAVAL - MARQUETIS

Publié par le - mis à jour à

Le confinement a un impact important au sein de nos organisations. Par ce que nous devons apprendre durant ces moments difficiles, et surtout échanger, Netmédia group, à travers son média Emarketing.fr vous donne la parole… Aujourd’hui, Julie Deléaval, directrice planning stratégique chez Marquetis.

  • Imprimer

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis directrice planning stratégique chez Marquetis, un groupe de communication et marketing dont la vocation est de créer de la valeur et de la performance pour les marques, en activant différents leviers cross canaux (call center, marketing local, branding, data) à forts impacts ROI.

Que penses-tu de la situation ?

D’une heure à l’autre, d’un jour sur l’autre, la pensée fluctue, mute, s’enrichit.

Nous ne sommes pas confrontés à un risque pouvant se rationnaliser et dont on peut prédire l’issue mais nous faisons l’épreuve de l’incertitude. Il n’y a guère de prédiction et de solution suffisamment certaines à laquelle nous raccrocher ; nous n’avons d’autre choix que d’accepter l’inconnu.

  • D’apprendre l’humilité et le lâcher prise.
  • D’avoir foi en nos ressources individuelles et collectives.
  • Et d’en explorer de nouvelles.

 

Tout cela est évidemment propice à la créativité, à l’innovation, aux solutions. Il faut se laver les mains et rester confiné, mais à part ça, chacun a le droit de transcender cette période pour, à son niveau, changer la journée d’un proche, apporter des idées pour son entreprise, créer des terreaux de bonne humeur, rechercher des axes de solidarité…

C’est aussi une situation extrêmement paradoxale dans le rapport à l’autre, cet autre que l’on doit fuir, qu’il soit inconnu ou aimé, et cet autre dont on n’a jamais eu envie de se sentir aussi proche. La communication devient le ciment de nos journées et le digital, que l’on a parfois tendance à blâmer pour sa tendance à nous isoler, notre salut relationnel.

Il y a tant à faire avec lui pour profiter des gens et des choses que l’on aime. Il nous offre la chance de pouvoir garder le contact, de partager nos doutes et nos espoirs, de se divertir, de continuer de travailler, de s’enrichir… Et de chercher des certitudes au milieu de l’incertitude.

Comment vois-tu l’après confinement ?

Comme une redécouverte.

Redécouvrir le plaisir d’une situation qu’il y a 10 jours nous aurions trouvée banale voire contraignante. Nous sommes une génération gâtée – évidemment à l’exclusion des personnes en situation de précarité -, à qui tous les plaisirs ou presque sont permis et tous les défis autorisés et chaque fois avec des contraintes réduites au maximum. Préparons-nous à redécouvrir toute la chance que nous avons.

En entreprise, je suis certaine que nous serons plus performants et créatifs que jamais, animés par le plaisir de nous retrouver, l’envie de réanchantement et enrichis par l’épreuve de l’humilité.

Dans nos métiers, ce sera une période évidemment challengeante et j’ai bon espoir que la communication en sorte indispensable et grandie.

Indispensable car il y aura des salariés à rassurer, des clients à qui donner des raisons de nous choisir ou de nous rechoisir, des parties prenantes à rassurer… A l’heure où nous faisons l’épreuve de l’humilité face à plus fort que nous, il ne sera plus question de faire croire qu’un produit peut changer une vie. Mais de donner de vraies bonnes raisons de l’apprécier. Une communication de l’humilité autant que celle de l’intégrité, une communication qui ne berce pas d’illusions mais donne des raisons, une communication qui porte des messages que la société post confinement sera en capacité d’entendre et d’accepter. Il semblerait que la mue soit déjà impulsée : les agences et annonceurs qui communiquent le font toutes à bon escient et avec justesse, au service de l’intérêt commun. Comme s’il nous fallait être tous dans le même bateau pour s’autoriser la loyauté.

Et puis, une question me taraude : la bise et la poignée de main résisteront-ils dans l’ère post covid ? Quels sont tes gros challenges à venir ?

Quels sont les 3 plus gros avantages à retirer de la situation ?


Nous donner l’opportunité de nous questionner sur ce qui compte vraiment pour nous et mesurer la chance que l’on a eu de pouvoir en jouir, en attendant de pouvoir le faire à nouveau.

Raviver les liens avec nos proches : on n’a jamais autant communiqué avec eux qu’en ce moment !

Réapprendre la lenteur, s’autoriser la rêverie voire l’ennui et avoir cette fois, vraiment le temps d’être pleinement à ce que l’on fait.

Poke un CMO dont tu souhaites lire le témoignage.

Je propose la CMO de Slack, Julie Liegl.

 

La carte divertissement 

Un livre : Les déracinés de Catherine Bardon. Une histoire d’amour entre 2 juifs autrichiens au moment de l’arrivée du nazisme. Où l’on passe de l’insouciance à la peur puis à la renaissance et la résilience. Y a comme un écho.

Un film/série : Green Book qui passe en ce moment sur Canal+. Un road-trip drôle et sensible à vivre depuis son salon.

Une chanson : plutôt un RV musical tous les jours à 14 h en live sur les réseaux sociaux : Bob Sinclar qui nous fait groover depuis son salon et nous donne des fourmis dans les jambes pour la sortie du

Autres articles proposés

Hub dédié
Déconfinés avec…

Par Déconfinés avec… via Marketme

Yoann Lopez, directeur marketing chez Comet, nous partage son confinement et ses nouvelles méthodes de travail, ainsi que tous ses projets pour [...]