Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing

Caviar de Neuvic : une action print-to-web ultra-ciblé

Publié par le | Mis à jour le

En décembre dernier, le producteur périgourdin Caviar de Neuvic a fait appel à ITL Datamarketing, agence spécialisée dans la donnée et le traitement des datas pour l'envoi d'un courrier publicitaire ultra-ciblé. Une opération à succès inspirante.

  • Imprimer

Les courriers publicitaires dans l'épicerie de luxe restent encore confidentiels. Pourtant, leur efficacité n'est plus à prouver, comme peut en témoigner Caviar de Neuvic, producteur d'œufs d'esturgeon en Dordogne.

 

La marque a décidé d'envoyer des offres promotionnelles juste avant les fêtes de fin d'année dédiées à une cible bien définie : celle des seniors à fort pouvoir d'achat ayant l'habitude d'acheter des produits gastronomiques à distance. "Nous avons eu recours au fichier des acheteurs d’une prestigieuse maison de  vins bordelaise, précise Paul Adam, pdg d'ITL Datamarketing".  

 

Les ventes en ligne de Caviar de Neuvic étaient jusqu'alors drivées par le bouche-à-oreille, la presse, le marketing digital ou encore les réseaux sociaux. Pour la première fois, le producteur français décide d'adopter une stratégie print-to-web. "Nous leur avons recommandé ce média car le papier est le plus à même de présenter et de mettre en valeur un produit du terroir, mais aussi de dynamiser les ventes directes", souligne Paul Adam.

 

 

50% de commandes via le web

 

Le dispositif : une lettre nominative, un mini-catalogue présentant la marque et quatre offres promotionnelles réservées uniquement aux destinataires sélectionnés, un flyer rappelant les moyens de passer commande (dont un QR code), avec au dos la recette de l'écrasé de pommes de terre au caviar, ainsi qu'un bon de commande papier.

Le courrier publicitaire, envoyé le 1er décembre, enregistre un taux de commande 0,6%, pour un panier moyen s'élevant à 456 euros. Parmi ces commandes, la moitié ont été passées par le canal digital, 30% via le bon de commande papier et 20% par téléphone. La marque réalise ainsi un joli bénéfice par l'envoi de ce courrier publicitaire.

Autre donnée intéressante, près de 2,5% de codes ont été flashés, aboutissant, pour 15% d'entre eux, à une commande. Des chiffres relativement élevés si l'on considère la cible senior visée.

"L'effet print-to-web est incontestable. Pour certains de nos clients, le taux de commandes passées par le web suite à un courrier publicitaire peut atteindre 80% !", précise Paul Adam qui ajoute : "Nous avons aussi eu un cas, chez un acteur de la vente par correspondance, où les commandes en ligne ont doublé pour les clients ayant reçu le catalogue papier chez eux."

Le pouvoir du courrier publicitaire ne se limite donc pas à son support papier, mais irradie aussi sur le digital.