Recherche
Se connecter

Les recettes du marché publicitaire sont stables sur les trois premiers trimestres 2018

Publié par le - mis à jour à
Les recettes du marché publicitaire sont stables sur les trois premiers trimestres 2018

Le baromètre unifié du marché publicitaire de France publicité (BUMP), publié le 22 novembre 2018, traduisent, sur les neuf premiers mois de 2018, un léger recul des recettes des médias de 0,9% par rapport à 2017.

Abonnez-vous à partir de 16,20€
  • Imprimer

Sur les neuf premiers mois de l'année 2018, les recettes nettes des médias (TV, cinéma, radio, presse, pub extérieure, courrier publicitaire, ISA) affichent un recul de -0,9 % par rapport à 2017, pour une croissance qui s'élève à 5,7 milliards d'euros, relève le baromètre unifié du marché publicitaire de France publicité (BUMP) réalisé par France Pub, Kantar Media et l'IREP - qui n'intègre pas Internet sur la période. Globalement, il en résulte une sensible amélioration des recettes nettes par rapport aux trois premiers trimestres 2017 qui affichaient une baisse de -3,2 % vs 2016.

Sur ce tableau de marche relativement stable, trois médias affichent des résultats positifs sur les trois premiers trimestres de l'année 2018 : la télévision (+2,3 %) grâce à l'effet Coupe du monde et au parrainage (+33,7 %), la radio (+1,3 % versus -4,2 % en 2017) et la publicité extérieure - OOH (+0,8 % versus -3,9 % en 2017) et le DOOH (+12,4 %). En revanche, la baisse reste sensible sur les autres secteurs : la presse (-6,4 % versus -7,4 % en 2017), le cinéma (-4,6 % versus + 11,7 % en 2017), le courrier publicitaire (-3,8 % versus -7,3 % en 2017) et l'ISA, soit l'imprimé sans adresse (-0,5 % +2,8 % en 2017).

Le tourisme en hausse, les services en baisse

D'un point de vue sectoriel, la distribution concentre la première source de revenus de marché avec 16 % des investissements. Derrière, la dynamique enclenchée par le secteur de l'automobile, (+7,8 % par rapport à janvier-septembre 2017 avec 10 % des investissements du marché) avec davantage de programmes de fidélité tend à offrir de belles promesses, tout comme le tourisme restauration (+8,9 %). Constat identique pour le secteur financier, qui avec +8,9 % représente la troisième plus forte hausse sectorielle. A contrario, d'autres secteurs perdent de leur impact : services (-4,7 %), la mode (-4,5 %), culture et loisirs (-3,6 %), la beauté (-2,2 %), et la grande consommation (-1,6 %). Par ailleurs, le marché global de la communication poursuit sa reconquête avec une estimation de +2,5 %, dans lequel la dynamique des médias numériques prédomine (+15,1 %).

Pour aller plus loin :

Les recettes du marché publicitaire chutent de 2% au T1 2018

Du sport au marketing, il n’y a qu’un pas. Je traite tous les aspects du marketing pour Emarketing.fr et le magazine Marketing. Pour en savoir plus : [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet