Recherche
Se connecter

E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ?

Publié par Mégane Gensous le

Customer is watching you! Avec les réseaux sociaux, les marques ne sont plus à l'abri d'un bad buzz qui peut impacter au-delà de leur image, leur santé financière. Christophe Ginisty, directeur du digital de Ketchum Benelux, revient sur 7 cas d'e-réputation qui ont agité 2016 et leurs enseignements.

Je m'abonne
  • Imprimer
New Balance et Trump


Les faits : New Balance est une des rares entreprises américaines qui continue à fabriquer ses chaussures aux Etats-Unis et qui en conséquence s'oppose fortement au TPP proposé par Obama. Au lendemain de l'élection de Donald Trump, le VP de New Balance Matthew LeBretton se félicite dans une interview au Wall Street Journal de cette nouvelle, le futur président étant lui aussi contre cette mesure. Twittée hors contexte par le journaliste, la phrase déclenche l'ire des réseaux sociaux qui se retrouvent submergés de photos et vidéos d'individus mettant le feu à leurs sneakers en protestation. New Balance tente de calmer le jeu mais un site néonazi américain déclare le produit "chaussures officielles des Blancs".

Les enseignements : "New Balance n'a jamais soutenu le candidat Trump mais s'est seulement félicité de l'une de ses propositions, ce qui n'a pas empêché les internautes de faire le raccourci et d'appeler au boycott en réaction. C'est pourquoi les marques doivent être extrêmement précises dans leurs déclarations pour ne pas laisser place à la liberté d'interprétation. L'autre erreur de New Balance a été de faire cette remarque juste après la campagne présidentielle. Il y a un temps pour tout et ceux de la communication et de la politique ne peuvent pas être les mêmes. Une bonne leçon pour les marques françaises pour 2017."

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet