EN CONFINEMENT AVEC… PHILIPPE LE MEAU - ADLPERFORMANCE

Publié par le - mis à jour à

Aujourd’hui Philippe Le Meau, directeur du développement d’ADLPerformance, nous parle de sa vision de l’après loin de Zoom ou autre visio-apéro, les points positifs qu’il retient de la situation et ses challenges pendant cette période…

  • Imprimer

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis, depuis presque 6 ans, Directeur du développement des activités digitales d’ADLPerformance, l’un des principaux groupes de data marketing en France qui compte 450 collaborateurs et travaille pour des grands comptes et des ETI. Je m’occupe à la fois de faire connaître aux marques, la globalité de nos offres en prestations data marketing cross-canal, de l’acquisition jusqu’à la fidélisation, et j’aide également dans leur développement les filiales digitales spécialisées que nous comptons au sein du Groupe : Converteo (cabinet de conseil en digital et data), Activis (agence de marketing digital), Leoo (programmes de marketing relationnel et de fidélisation) et Ividence (solution de native advertising au sein des newsletters)

Comment vois-tu l’après confinement ?

D’un point de vue pro, même si le déconfinement sera sans doute progressif, nous allons tout d’abord avoir plaisir à nous retrouver et à nous revoir physiquement, en rendez-vous, en réunion, au déjeuner... Même si les visioconférences nous auront énormément aidés pendant cette longue période, il est certain que les contacts humains nous auront manqué surtout pour ceux qui ont vécu seul ou quasiment seul leur confinement. Le retour progressif à une vie normale couplé à une reprise économique indispensable va booster nos rapports sociaux professionnels. Il est probable que cela sera très intense en raison d’une urgence pour les entreprises à faire redémarrer leurs activités commerciales et faire à nouveau rentrer de l’argent dans leurs caisses.

 

D’un point de vue perso, même si nous devons encore respecter des gestes barrières ou porter des masques pendant quelques temps, je pense que les interactions sociales et amicales vont reprendre intensément. Comme pour rattraper le temps perdu. Finis les visio-apéros sur Meet ou Zoom ! On va, je l’espère, pouvoir retourner au café ou au restaurant avec nos amis. On va mettre Netflix en pause et retourner au cinéma ou au théâtre. Ce sera aussi l’occasion de montrer à Amazon qu’on peut à nouveau se promener dans la ville et aller acheter dans de vrais magasins physiques. En tout cas, pour ma part, je veux re-sortir !

 

Quels seront les effets positifs de la situation ?

 

L’adaptation et l’agilité en situation contrainte sont des éléments que les entreprises vont probablement continuer à explorer. Certains secteurs plus impactés que d’autres vont accélérer leur transformation digitale et data pour pouvoir a minima amortir de nouvelles crises à venir, comme le retail ou l’événementiel par exemple. L’innovation produit ou service va forcément intégrer de nouveaux paramètres liés au confinement, aux risques sanitaires, à la réduction des déplacements et des échanges physiques, au télétravail…

La relation client, la fidélisation, la gratification sont revenus au cœur des activités pour garder le lien et approfondir la connaissance client, l’affinité et la préférence de marque. Pour reprendre leurs activités, les entreprises qui auront investi avant et pendant la crise sur ces sujets pourront redémarrer plus vite et compter sur leurs clients.

Le télétravail contraint, qui a été immédiat dans les entreprises où cela était possible, va permettre à tous d’imaginer de nouvelles formes de travail et de productivité à distance. Le frein psychologique à la mise en place du télétravail qu’il pouvait y avoir parfois dans certaines entreprises va être considérablement réduit.

La notion même de travail et d’emploi va sans doute être envisagée de manière différente.

Et nous allons probablement devoir revoir la hiérarchie des valeurs et des investissements. Certains métiers qui sont socialement utiles et faiblement valorisés sont devenus des emplois vitaux pour le pays : les soignants, les chercheurs, les agriculteurs, les distributeurs alimentaires, les logisticiens et transporteurs sans parler de tous les métiers des « utilities » qui sont eux aussi nécessaires à la continuité de la vie et de l’activité humaine (énergie, eau et télécommunications ultra-sollicitées en ce moment)

Et dans tous ces sujets, s’il était encore besoin de le prouver, le digital et la data, sont devenus des piliers essentiels de la continuité de l’activité humaine et de l’activité des entreprises.

 

 

Si on parle un peu business, quels sont tes gros challenges à venir ?

 

Actuellement, nous aidons évidemment les marques à adapter leur marketing et leur communication en cette période de crise. Que ce soit pour animer leur client, par exemple à travers une offre de loisirs numériques à domicile « Happy at home » que nous avons monté en une semaine. Ou bien pour permettre aux marques de continuer à communiquer, de continuer à vendre en adaptant des plans media on-line ou les programmes relationnels.

Mais, anticipation oblige, nous sommes déjà en train de discuter avec les marques de la préparation de la reprise : Comment vont-elles gérer le déconfinement et la communication différenciée sur la réouverture de leurs points de vente ou l’amélioration des conditions logistiques ? Comment peuvent-elles optimiser leur plan media et les performances ? Comment adapter les offres, les messages, le merchandising on-line, les prix ? Comment adapter les programmes relationnels voire en créer de nouveaux plus réactifs ou plus engageants par rapport à la situation ? Comment retrouver de la performance business après ce coup d’arrêt et dans un contexte d’avenir incertain où les consommateurs seront probablement attentifs à leurs dépenses.

 

 

Poke un CMO dont tu souhaites lire le témoignage.

Constance Dubois, Directrice Marketing et Communication de TRANOÏ

 

La carte divertissement 

Un livre : Sept Gingembres, le premier roman de mon ami Christophe Perruchas, dont j’ai eu la chance d’avoir un exemplaire papier car il devait sortir en avril mais finalement ne sortira que fin août. Cela raconte la chute d’un publicitaire quadragénaire, harceleur sexuel, rattrapé par la vague #MeToo. Toute similitude avec des personnes existantes ne serait pas une coïncidence.

Une série : The Politician (sur Netflix) sur un jeune homme qui est prêt à tout pour devenir Président des Etats-Unis. C’est americano-kitsch et un peu déjanté et ça détend bien en cette période.

Trois chansons (pour le prix d’une : c’est ma promo-cadeau !) pour garder la pêche en confinement :

  • Boys de Lizzo
  • Don’t start now de Dua Lipa
  • Bad Guy de Billie Eilish

 

 

Envie de participer à cette rubrique ? Contactez-nous regie@netmedia.group

 

Autres articles proposés