EN CONFINEMENT AVEC… MICHEL MARIET - ORACLE

Publié par le - mis à jour à

Aujourd’hui Michel Mariet, directeur marketing chez Oracle, qui nous partage son quotidien en détails, sa vision de l’après confinement et les meilleurs éléments à en tirer pour préparer cette nouvelle période qui s’annonce…

  • Imprimer

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis directeur marketing dans l’organisation Alliances & Channels chez Oracle sur la région EMEA. Mon équipe gère l’expérience partenaires et la communication interne & externe. Je suis également secrétaire général du CMIT, club de marketeurs de la Tech.

 

Quel est ton quotidien de télétravailleur ?

En apparence, mon quotidien n’a pas changé : un agenda avec des réunions la plupart du temps en visio-conférence.

 

La transition s’est bien passée puisque chez Oracle, comme dans les entreprises de la Tech en général, nous pratiquons le télétravail et nous étions équipés, avant cette crise, en infrastructure, matériel et logiciels (ordinateurs portables, VPN, outils de collaboration …). Le changement brusque de mode de fonctionnement a révélé que ce n’est pas si courant et que nous ne sommes peut-être pas si prêts que ça au déploiement du digital pour le citoyen dans la « startup nation ». 

 

Mais ce télétravail en confinement n’est pas celui que je suis habitué à pratiquer. La contrainte _tout à fait nécessaire_, le manque de respirations, plus de visioconférences, plus de canaux sur lesquels se développent des conversations à suivre (slack, whatsapp, mail, sms, twitter, linkedin) auxquelles s’ajoutent les relations avec la famille et amis. Au final, c’est plus de boulot et c’est très fatigant ; et c’est sans compter les tâches complémentaires, le partage des espaces et moyens dans la cellule familiale !

 

L’activité communication s’est vue impactée. La période a généré un surplus en interne et il a fallu renforcer l’usage des outils collaboratifs et proposer de nouveaux espaces virtuels et format. Pour l’externe, les formations et certifications prévues en présentiel ont dues être adaptées pour être 100% en ligne ; en effet il nous faut continuer à soutenir les parcours de formation et certification des partenaires. Cela génère un volume complémentaire de communications non prévues. Chacune doit reconnaître la situation et il faut penser à la façon dont un employé ou un partenaire peut recevoir un message quand le contexte est différent à Copenhague, Dubai ou Nairobi.

 

Nous profitons de cette période pour renforcer l’éducation des employés sur la prise de parole et mettre en place de nouveaux outils de communication. Nous avons mis en silence les réseaux sociaux quelques jours pour expliquer les bonnes pratiques et éviter les comportements opportunistes qui peuvent nuire à la marque et ne sont pas nos valeurs. Nous avons interrompu l’employee advocacy pour éviter les planifications et rester constamment à coller au contexte présent en validant ses contenus.

 

Comment vois-tu l’après confinement ?

L’après confinement est encore incertain mais la situation économique va certainement créer une pression sur le marketing avec un besoin de revenus et une diminution de budgets. Il va falloir réagir vite et proposer des plans …

 

J’espère que le marketing digital sera plus présent ; il n’est pas facile à imposer puisque les ventes demandent des évènements pour le face à face, et la mesure du ROI n’est pas toujours déterminante. Dans cette crise, il y a une opportunité pour le marketing digital. L’arrêt des évènements physiques permet de promouvoir de nouveaux outils et des tactiques digitales difficiles à diffuser chez les partenaires en général. Une campagne d’adoption de la plateforme Oracle Digital Marketing Center pour déployer des campagnes intégrées co-exécutées avec les partenaires a ainsi été lancée. Cela permettra aussi de soutenir l’activité des partenaires en préparant l’après confinement avec eux.

 

La communication est un outil business ; l’équipe sera au rendez-vous pour démontrer cette contribution.

 

Côté management, un Lock Down Café hebdomadaire sera maintenu. Il a été mis en place pour garder le lien au sein de l’équipe et compenser un tout petit peu l’absence de contact que chacun vit. Ce moment apporte de l’humanité et créé du lien vraiment complémentaire à la proximité existante pour l’équipe éclatée dans plusieurs pays ; bénéfice que je n’avais pas anticipé, nous étions probablement trop dans une relation boulot/projets et là nous rentrons un peu dans nos vies et personnalités.

 

Au niveau familial, on a mis en place une routine en regardant un TEDx  régulièrement sur un sujet choisi par les enfants _le premier sélectionné par les parents, du dernier Tedx Issy les Moulineaux, parlait de l’impact des écrans sur le développement de l’enfant ; je reconnais un biais !_

 

Où vas-tu chercher tes infos au quotidien, actualités, pro, etc ?

En fait, mon comportement a changé et c’est une conséquence directe et spontanée du confinement.

Je ne consulte les infos que depuis mon smartphone, sur les réseaux sociaux et en réagissant aux notifications qui sont d’origines très diverses.

Pas de routine, pas de titre spécifique, pas d’agrégateur de contenus, et curieusement la variété des auteurs, des sources, des sujets est plus importante …

 

Poke un CMO dont tu souhaites lire le témoignage.

Rosalie Lacombe de Talan et  Marine Catherine de Sodexo

 

 

La carte divertissement 

Un livre : Le Bug Humain (Sébastien Bohler)

Un film/série : Le prisonnier ?? (tourné dans l’excentrique village de Portmeirion au Pays de Galles)

Une chanson : Un soir au village, (la sensibilité, la générosité, le rire de Manu Di Bango)

 

 

Envie de participer à cette rubrique ? Contactez-nous regie@netmedia.group

 

Autres articles proposés

Hub dédié
Déconfinés avec…

Par Déconfinés avec… via Marketme

Yoann Lopez, directeur marketing chez Comet, nous partage son confinement et ses nouvelles méthodes de travail, ainsi que tous ses projets pour [...]