EN CONFINEMENT AVEC… DAN JAYES – FOEDERIS

Publié par le - mis à jour à

Aujourd’hui Dan Jayes, directeur marketing de Foederis, qui nous parle de son quotidien et de ses rapports aux autres, de son organisation de télétravail et de ce qu’il attend pour l’après…

  • Imprimer

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Dan Jayes, un Anglais installé à Paris dans mon pays d’adoption depuis 2003. Passionné par le digital, la communication et le marketing, je travaille dans la Tech depuis le début des années 2000.  Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing Europe chez Foederis, un éditeur de solutions de gestion des talents. Nous accompagnons nos clients dans la digitalisation de leurs processus RH afin de recruter, développer et fidéliser plus efficacement leurs talents.

 

Comment vas-tu en cette période « spéciale » ?

Bien, toutes choses considérées et surtout je me sens chanceux. Je suis en famille (avec ma femme et nos deux jeunes enfants), dans un appartement parisien avec balcon. Tous nos proches sont en forme, qu’ils soient en France, en Angleterre, ou ailleurs.  Cette expérience renforce mon attachement à la vie de quartier : entre les voisins attentifs (qu’on salue tous les soirs à 20h), les commerçants de proximité, les autres parents et amis rencontrés grâce à l’école. L’entraide existait déjà entre nous mais l’esprit collectif est encore plus prégnant avec un vrai sens de communauté.  

Par ailleurs, je trouve que les rapports professionnels ont pris une nouvelle dimension depuis le début du confinement. Plus de sincérité, d’écoute, de partage et une vraie envie de trouver des solutions équitables. Je ne sais pas si cela va durer ou si c’est le début d’un changement sociétal mais il y a un quand même un peu de magie dans l’air malgré la réalité du contexte.

 

Quel est ton quotidien de télétravailleur ?

Habitué à travailler en situation mobile (entre nos bureaux à Paris, Lyon, Lausanne…) et également à gérer une équipe dispersée, cette expérience reste néanmoins unique et un vrai défi. Toutes nos équipes sont en télétravail (toujours engagées et dans l’action). Elles gardent leur joie de vivre et bonne humeur qui font partie de notre ADN.  Des outils digitaux (tchat, vidéoconférence, softphone…) facilitent les échanges et les réunions hebdomadaires se poursuivent. Notre équipe de direction s’est mise en mode gestion de crise et se réunit très régulièrement. Nos priorités sont avant tout le bien-être et la santé de nos équipes et bien sûr préserver le business et préparer la reprise.  Nous restons soudés et déterminés à sortir plus forts de cette épreuve.

Mon équipe continue à faire preuve d’agilité et créativité, et se challenge pour revoir nos priorités (plus de webinars et articles de blog par exemple).  Nous restons en contact au quotidien, chacun installé dans une ville différente. Loin mais ensemble.

Côté pratique, j’ai trois nouveaux collègues de bureau ;-) et mes enfants ont deux nouveaux profs. Après un début chaotique, petit à petit nous avons trouvé notre organisation grâce à un planning quotidien découpant chaque jour en plages d’activité.  Formaté par mes années en uniforme à l’école au UK, je m’habille toujours pour « le bureau » même à la maison. Sinon, les journées sont denses et très rythmées pour jongler entre le travail, les devoirs, le temps en famille, et être à l’écoute des besoins de chacun.

 

Quels seront les effets positifs de la situation ?

De manière générale, cette période amène chacun à prendre du recul sur notre façon de vivre, nos valeurs, nos modèles économiques et sociétaux. Et cela au niveau mondial. Cette situation peut ainsi avoir des effets positifs sur notre société sur le long terme. Si jamais il y avait un moment qui marque la rupture entre l’ancien et le nouveau monde, c’est maintenant. Peut-être.  

Par ailleurs, cette situation nous rappelle l’importance primordiale de certains métiers et services. Si cela garantit plus d’investissement dans nos systèmes de santé, nos infrastructures, la recherche médicale et la formation (etc.) alors cela serait une très bonne chose.

D’autres effets positifs sont les nombreux exemples de générosité et de solidarité : des entreprises (grandes et petites) ainsi que des associations et citoyens qui se mobilisent à travers des moyens financiers, humains ou matériels dans le combat collectif face à la crise du nouveau coronavirus.

Cette période sera également un accélérateur pour la digitalisation. Il y a énormément d’exemples positifs tel que le développement et l’accès à la télémédecine, aux événements et formations digitaux, sans oublier l’accès à la culture générale.

Dernier point positif et pour terminer sur une note plus légère : plus personne ne me parle du Brexit et si la saison de football ne reprend pas, alors Aston Villa restera dans la Premier League anglaise !

 

Poke un CMO dont tu souhaites lire le témoignage.

Andre Quicheron de Colt Technology Services

 

La carte divertissement 

Un livre : A Year in the Merde par Stephen Clarke ou sinon je redécouvre quelques classiques de Roald Dahl avec mes enfants (Le Bon Gros Géant ; Danny, champion du monde).

Un film/série : Un jour sans fin (Groundhog Day) et parce que mes collègues me manquent, le série The Office (version UK bien entendu).

Une chanson : Difficile de n’en choisir qu’une mais je vote pour une valeur sûre : Queen, Bohemian Rhapsody.

 

 

Envie de participer à cette rubrique ? Contactez-nous regie@netmedia.group

Autres articles proposés