Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing

Fortnite, McDonald's, Etsy... Les 10 idées marketing de la semaine (27 septembre - 1er octobre 2021)

Publié par le

Au menu des idées marketing cette semaine : EDF et Kärcher ne font pas barrage à l'art, les influenceurs dropshipping s'emparent des médias offline, Etsy ouvre les portes de sa maison en réalité virtuelle et Koché et Tinder signent une collection non-genrée.

Je m'abonne
  • Imprimer
"Le plus grand concours d'Instagram", pour le pire de la pub

Vous avez peut-être croisé ces publicités TV sur NRJ12, W9, TFX, ou Instagram, ou encore ces affiches dans le métro vous invitant à participer à un tirage au sort dans l'optique de gagner une Tesla. "Le plus gros concours Instagram" du moment n'est pas la création d'une marque notoire, mais d'un "influenceur", Yomi Denzel, qui a fait fortune dans le dropshipping et la commercialisation de formations dédiées au dropshipping. Vous savez, ces business qui fleurissent en ligne, et qui permettent aux plus mal intentionnés d'écouler de la camelote vendue sur AliExpress à des prix exorbitant. Avec l'aide d'autres influenceurs peu regardant sur l'origine de l'argent qui les rémunère, ces "entrepreneurs" arrivent facilement à écouler leur marchandise auprès des plus jeunes sur les réseaux sociaux, lesquels sont aussi souvent victimes de leurs "formations", qui promettent de devenir "millionnaire en un an", comme l'indique la bio Instagram de Yomi Denzel. Pourquoi en parler dans les idées marketing ? 1- Car cette opération a le mérite de prouver qu'une campagne OOH ou TV bien menée peut avoir d'énormes répercussions sur le succès d'une opération social media : Yomi Denzel a rapidement gagné 200 000 followers depuis le début de la campagne, qui n'est que la réédition d'un concours organisé l'an passé, et qui avait déjà permis à l'influenceur de passer de 60 000 à 700 000 abonnés, seulement en utilisant les relais d'autres influenceurs. La vente de sa formation à certains d'entre eux, et les partenariats proposés par des marques désireuses de toucher sa communauté rentabilisent a priori les investissements média réalisés. 2- Mais aussi car il est plus que jamais étonnant de voir prospérer cette économie de l'influence, dont Yomi Denzel, mais aussi la plupart des têtes d'affiche de programmes comme Les Marseillais (W9), La Villa des coeurs brisés (TFX) ou Les Anges de la téléréalité (NRJ12), donnent une image déplorable. À l'heure où les médias se disent responsables, et veulent s'engager pour faire changer des comportements nocifs, on peut s'étonner de continuer à voir ces programmes qui ne fonctionnent qu'au clash et à l'objectivation des corps, qui attirent des annonceurs plus que douteux en matière de RSE, et qui offrent à ces influenceurs une visibilité incomparable.

À lire sur Numerama.com


La rédaction

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet