Recherche
Se connecter

L'été, une saison idéale pour communiquer !

Publié par / Avec la Marketplace le | Mis à jour le

Qu'il semble loin, le temps où vacances rimaient avec déconnection ! Aujourd'hui, 9 Français sur 10 se rendent à la plage avec leur smartphone en poche : une aubaine pour les marques qui veulent garder le contact avec leurs audiences.

Abonnez-vous à partir de 16,20€
  • Imprimer

Déconnecter pendant les vacances d’été : la fin d’une idée reçue

Vacances, j’oublie tout, plus rien à faire du tout… Sauf que l’image du juillettiste hédoniste, alangui sur la plage avec un bon polar, a fait long feu. Comme le dévoile une étude Kantar TNS pour Orange publiée en juin 2017, un Français sur deux choisit son lieu de vacances en fonction de la connectivité mobile disponible. Et nous serons 90% à glisser notre smartphone, notre tablette ou notre ordinateur portable dans nos valises entre la crème solaire et le maillot de bain.

L’étude de Kantar TNS confirme également que Français restent connectés pendant l’été. Une fois arrivés, hors de question de mettre la technologie au placard : 80% des personnes interrogées déclarent utiliser leur appareil mobile pour garder contact, et 55% pour se divertir. 71% se connecteront régulièrement à Facebook. Tant pis pour les polars de l’été.

Communication estivale : une opportunité à saisir pour les entreprises

Dans ce contexte, les marques ont tout à gagner à poursuivre la discussion avec leurs cibles en vacances. En 2013, Social Dynamite a remarqué une augmentation de 113% du temps de consultation des contenus publiés par ses clients en juillet et août, comparativement au reste de l’année.

Plus captive, l’audience est également moins courtisée par la concurrence : toujours chez Social Dynamité, on remarque une diminution de 45% des publications diffusées par la concurrence pendant d’été. Autant dire qu’il y a une place à prendre, pour peu que l’on adapte sa communication aux attentes des estivants.

Car le bon réflexe, c’est de changer de ton et de thèmes : on mise sur du contenu plus décontracté, moins commercial. Pour Fabienne Dulac, directrice exécutive d’Orange France, les Français comptent « sur (leur) smartphone pour garder le lien avec (leurs) proches, partager (leurs)  expériences avec (leurs) photos et (leurs) vidéos, (se) divertir. » C’est en utilisant cette aspiration à la connivence, au partage et à l’amusement que les entreprises peuvent se démarquer avec leur communication estivale.

Trois campagnes estivales pour s’inspirer

De nombreuses organisations ont bien compris l’avantage qu’il y avait à rejoindre ses audiences pendant l’été. Plus disponibles, plus impliquées, elles sont à la recherche d’un contenu qui saura les occuper et pourra être partagé en famille.

Communities for development, « Bulambuli Valley », 2016

Preuve que la période estivale n’est pas incompatible avec des campagnes de financement participatif, la campagne « Bulambuli Valley » de l’ONG Communities for Development a été le record d’audience de l’été 2016 sur le site de La Réclame. La vidéo reprend les codes des start-ups de la Silicon Valley, mais transposés à une petite communauté en Ouganda.

On aime : l’humour décalé et rafraîchissant.

Addict’Aide, « Louise Delage », 2016

Addict’Aide a marqué les esprits en août 2016 avec une campagne 100% digitale sur Instagram, visant à sensibiliser le public aux risque d’addiction à l’alcool. On pouvait suivre Louse Delage, 25 ans et sa vie de rêve. Seul hic : elle a un verre d’alcool à la main sur chaque cliché. Le profil Insta créé de toutes pièces a généré plus de 7 500 abonnés et 50 000 likes en un mois. Bien qu’inactif, il compte aujourd’hui encore 110 000 followers.

On aime : l’utilisation légère des codes Instagram pour faire passer un message sérieux.

Atout France, « What’s your Tour de France ? », 2015

En juillet 2015, Atout France a capitalisé sur la médiatisation du Tour de France pour inviter les touristes britanniques à composer leur propre tour de France idéal, en fonction de thématiques et de destinations choisies. La campagne digitale estivale a été précédée d’une campagne d’affichage au printemps pour sensibiliser les audiences.

On aime : la capitalisation sur un événement populaire parmi les estivants.

 

La rédaction vous recommande

Autres articles proposés