E-marketing.fr Le site des professionnels du marketing

Recherche
Magazine Marketing

Partouche fait le pari des NFTs et du Web3

Publié par Clément Fages le | Mis à jour le
Partouche fait le pari des NFTs et du Web3

"Dans le Web3, le jeton est roi. Nous serons bien sûr de la partie", a rappelé Patrick Partouche, président du conseil de surveillance du groupe, à l'occasion du Paris NFT Day ce 12 avril 2022. Une promesse qui se concrétise par le lancement de NFTs et de la filiale Partouche Multiverse, l'acceptation prochaine des cryptos par le casinotier, ou encore l'achat d'un Bored Ape Yacht Club.

Je m'abonne
  • Imprimer

"Notre métier n'est pas de vendre du gambling, mais de mettre en place les outils nécessaires au gambling ! Nous avons la communauté de joueurs, et nous avons déjà des outils comme Partouche Sport sur le pari sportif, Pasino.ch, notre casino en ligne hebergé en Suisse, et nous avons développé Partouche Online, un site de jeux gratuits, que nous développons aussi sur les réseaux sociaux. C'est donc assez naturel pour Partouche d'aller sur ces nouveaux territoires que sont le métavers, les NFTs et le Web3", explique Patrick Partouche, président du conseil de surveillance du groupe éponyme, lors d'une conférence organisée au Paris NFT Day, à l'occasion de laquelle le groupe de casinos dévoilait le Joker Club, sa première collection de NFTs, après avoir annoncé le lancement de sa filiale Partouche Multiverse, dédiée au métavers.

"Le plus important sur ce secteur en développement, c'est la confiance accordée à l'émetteur d'un token ou d'un NFT. C'est ce que nous voulons apporter. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que derrière chaque device et chaque wallet, il y a une personne physique. Malgré le développement du métavers, cette personne aura toujours besoin de manger, de boire et de s'amuser dans le monde physique !", ajoute Patrick Partouche, qui veut plus que jamais intégrer les innovations liées au Web3 à l'expérience physique offerte au sein de ses 40 établissements.

Partouche acceptera les cryptos cet été

"Nous n'avons pas vocation à faire comme tout le monde. Nous pensons que les NFTs et les cryptomonnaies sont pertinents dans le milieu du jeu. L'idée n'est pas de lancer des casinos sur Decentraland, comme nous avons pu le voir par le passé, mais d'apporter notre expertise de l'entertainment aux créateurs du secteur. Cela fait un demi-siècle que nous créons des lieux dont la vocation est de créer du lien entre les personnes, qui viennent chez nous se rencontrer et se divertir", rappelle Maurice Schulmann, délégué général du groupe Partouche et président de Partouche Mutliverse. Il est convaincu que le secteur de la blockchain va se démocratiser auprès du grand public dès lors que le régulateur se sera positionné sur ces sujets : "Nous n'avons pas été "early adopter" du bitcoin, mais nous serons les premiers dans notre industrie à accompagner son développement, avant Las Vegas ou Macao."

Alors que le groupe Partouche fête ses 50 ans l'an prochain, il s'empare de ces nouvelles thématiques dans l'espoir de réussir à rajeunir sa clientèle, objectif affiché du casinotier ces dernières années. Selon une récente étude menée par heaven et SYSK, 32 % des 18-25 ans possèdent des crypto-actifs, et 50 % sont intéressés par l'acquisition de NFTs. Dès cet été, Partouche acceptera ainsi les cryptos dans ses établissements, et ne s'interdit pas de créer, à terme, son propre token ou même sa blockchain : "Nous avons déjà un programme de fidélité au travers duquel nous distribuons des points. Nous pourrions très bien intégrer des tokens dans ce cadre. Par ailleurs une blockchain serait pertinente pour assurer la traçabilité des transactions. Vous devez toujours décliner votre identité en entrant dans un casino...", explique Maurice Schulmann.

Quant au projet Joker Club, il s'agit d'une collection de 8888 NFTs développée sur la blockchain Ethereum qui vise à rassembler une première communauté de fans du groupe sur Discord, puis en physique à l'occasion d'événements dédiés, notamment au sein des Pasino, les casinos du groupe qui, au-delà des restaurants, accueillent également des salles de spectacles. "Pour qu'un projet NFT fonctionne, il faut donner de l'utilité à ces tokens. Nous distillons les informations sur Discord, mais nous n'avons pas encore annoncé la date du mint ou encore le prix des NFTs. Il sera plus bas que ce qu'on pourrait penser...", glisse le président de Partouche Multiverse, indiquant que certains avantages ne seront révélés qu'après le mint, afin d'entretenir l'engouement autour du projet et de doper les ventes sur le marché secondaire.

Enfin, le groupe Partouche a intégré il y a trois mois le club des possesseurs d'un Bored Ape Yacht Club, en rachetant le n°7148, un singe habillé en croupier et équipé d'une carte Joker. La dernière transaction pour ce NFT est recensée sur la plateforme OpenSea à 109,69 ETH. Baptisé JoJo, ce dernier dispose d'un compte Twitter dédié et sera au coeur des prochaines activations Web3 du groupe.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande