Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing

Jonathan Attali : " Donner de la place à l'humain, cela ne dépend que de vous "

Publié par Clément Fages le - mis à jour à
Jonathan Attali : ' Donner de la place à l'humain, cela ne dépend que de vous '

Chargé du e-commerce, de l'innovation puis du digital chez Etam depuis 2015, Jonathan Attali a rejoint Zadig & Voltaire cet été, ajoutant le marketing à son périmètre. Une évolution révélatrice d'un parcours où rien n'était écrit d'avance, mais dans lequel le goût du management est un fil rouge.

Je m'abonne
  • Imprimer

" Mon parcours est universitaire, assez techno, avec un passage en math sup duquel je garde un certain pragmatisme. Mais j'avais envie d'être confronté au "monde réel" et au management d'équipes, aussi j'ai passé un DEUG d'écogestion et un DESS de marketing. En 2004, l'enseignement du digital était plutôt inexistant ! " C'est par hasard que Jonathan Attali découvre ce secteur, à l'occasion d'un stage chez Pixmania, situé alors à seulement 500 m de chez lui. Un critère déterminant pour le jeune homme, qui désirait pouvoir rejoindre son lieu de travail à pied... mais qui l'entraînera bien plus loin ! Un CDI et une aventure entrepreneuriale plus tard, il intègre, en 2015, le Groupe Etam en tant que digital project manager, avant de prendre en charge l'e-commerce et l'innovation en 2016, puis l'ensemble du digital en 2018.

J-1 " L'ajout du marketing à mon périmètre me permet d'avoir une vision 360 degrés "

" Chez Etam, le challenge managérial était littéralement de sortir le digital de sa grotte. Il fallait reconstruire une équipe, mais aussi revoir sa place dans la structure organisationnelle de l'entreprise, avec l'ambition de la désenclaver. J'ai pu ainsi découvrir l'univers retail, qui me semblait incontournable pour appréhender la réalité économique. " Après cinq ans au sein du groupe de lingerie, Jonathan Attali souhaite poursuivre sa carrière dans le retail, mais au sein d'une marque ayant des paniers moyens plus élevés. " Je suis arrivé chez Zadig & Voltaire en août, et j'y ai trouvé un bon équilibre. En tant que marque du luxe, nous avons un objectif de construction de l'image sur le long terme, et sommes moins dépendants de la promo. Et l'ajout du marketing à mon périmètre m'offre une vision 360 degrés et de gérer autant les activations drive-to-store que l'expérience en magasin et la récolte de data. " Un élément décisif à l'heure où le confinement a exacerbé l'importance du digital et de la data, où il faut donc convaincre les consommateurs de partager leurs données.

Jour J " Que l'on prenne un poste ou que l'on soit en place depuis 10 ans, il faut pouvoir compter sur ses collaborateurs "

Alors qu'il remplace un manager de transition sur un poste qui n'avait pas eu de titulaire depuis un an et demi, Jonathan Attali se prépare avec l'ouvrage " 90 jours pour réussir sa prise de poste ", de Michael D. Watkins : " J'en retire qu'il faut s'inscrire dans la continuité de ce qui se faisait avant, tout en n'hésitant pas à changer doucement de cap pour faire mieux. Je pense avoir été recruté pour ma capacité à échanger avec tout le monde, grâce à mon profil e-commerce-IT et mon expérience dans le retail. Aussi, il faut être dans l'écoute et l'échange pour ne rien brusquer. J'aime cadrer les choses, avoir des process et, ainsi, minimiser les aléas : c'est ce qui permet d'être créatif et agile par ailleurs. " Et alors qu'il doit cocher sur sa feuille de route les cases " développement du CRM ", " montée en compétences des équipes ", " refonte de l'identité graphique du site " ou, encore, " mise en place du ship-from-store ", pour passer, selon la formule de son dg, " de l'omnicanal au no-canal ", Jonathan Attali livre son secret : " Écouter les gens et donner du sens à leur travail. Pour moi, le plus excitant, c'est d'embarquer les équipes. Que l'on prenne un poste ou que l'on soit en place depuis 10 ans, il faut pouvoir compter sur ses collaborateurs pour réussir ses défis et faire face à la complexité croissante des enjeux ! "

J+1 " Il faut prendre le temps de partager ses petites victoires, plutôt que de courir sans fin comme un hamster dans sa roue "

L'un des facteurs de succès identifiés par Jonathan Attali au lendemain de sa prise de poste est le projet de long terme présenté par son directeur général : " Lui aussi vient d'arriver, et quand il m'a détaillé le plan stratégique à cinq ans lors de notre entretien, j'y ai vu un bon signe. Entre cela et mon arrivée en CDI, les équipes ont pu se projeter et adhérer plus facilement au projet. C'est essentiel de prendre le temps d'instaurer une telle dynamique dès le début, plutôt que de foncer la tête baissée dans sa roadmap. Ma première semaine a été consacrée à ces échanges, qui permettent d'humaniser la relation. On sera toujours forcé, à un moment ou un autre, d'être confronté à des tâches et à des problématiques de la roadmap. Mais prendre le temps de s'intéresser aux gens, à leurs motivations, à leurs projets, cela ne tient qu'à vous ! " Quant à cette fameuse roadmap, il détaille sa façon de l'aborder : " À chaque jour sa petite victoire ! Nous avons rapidement initié une approche life time value sur le CRM, ainsi que la refonte du site. Nous devrions obtenir les premiers résultats en novembre. Il faut prendre le temps de partager sa vision et ses petites victoires avec les équipes, plutôt que de courir sans fin comme un hamster dans sa roue. Encore une fois, donner de la place à l'humain, cela ne dépend que de vous, dans la vie pro comme perso ! C'est ce qui fait selon moi un bon manager. "

J+100 " Mon objectif principal est de rendre mes équipes heureuses "

Et en bon manager, Jonathan Attali, après avoir pris le temps de sonder ses équipes, peut se projeter sur le long terme. Au-delà de la stratégie marketing qu'il doit déployer pour travailler la désirabilité de la marque et du nécessaire développement des infrastructures technologiques que demande la complexité du contexte, il va de nouveau s'assurer de créer l'engouement dans ses équipes. " Généralement, trois mois après la prise de poste, c'est le moment de la restitution d'un plan stratégique. Chez Zadig & Voltaire, c'est déjà fait ! Aussi, en tant que membre du comité de direction, je vais m'assurer que nous gardons le cap dans les prochains mois, que ce cap est compris de tous et, surtout, que les gens y adhèrent. J'ai 40 ans, et mes équipes ont entre 25 et 35 ans. Ce sont des âges où l'on peut encore choisir son job. On a moins de contraintes familiales, moins d'emprunts à rembourser, et la notion de plaisir occupe une place centrale dans son travail. Mon objectif principal est de rendre mes équipes heureuses. Si c'est le cas, ce sera OK pour moi ! "

Mini-bio

Après des études en math sup et physique, Jonathan Attali s'oriente vers les sciences de la gestion et le marketing. Il intègre Pixmania en 2004, comme stagiaire, avant de devenir directeur marketing de MyPix en 2007, puis de cofonder, en 2008, Axiatel, une offre de services digitaux.

Il quitte la structure en 2015, après avoir levé des fonds, pour rejoindre le Groupe Etam avec le titre digital project manager, puis, neuf mois plus tard, de directeur e-commerce et innovation, et, enfin, CDO à partir de mai 2018. Deux ans après, il est nommé directeur marketing et digital de Zadig & Voltaire.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande