Recherche
Se connecter

Airbnb, le Bed&Breakfast 2.0

Publié par le | Mis à jour le
Airbnb, le Bed&Breakfast 2.0

Inconnu en France il y a encore deux ans, le site de locations Airbnb est devenu le premier lieu à visiter avant de partir en vacances. Louer un loft à New York, une villa dans le Var, un château en Espagne, tout est possible sur ce site. Imaginé par un trio d'Américains malins, en 2008, la plateforme mondiale a déjà séduit 4 millions de voyageurs dont 3 millions en 2012. Ce succès phénoménal repose sur une technique qui fait recette sur le Web, les recommandations des internautes.

Je m'abonne
  • Imprimer

Un nom étrange désormais familier des voyageurs. Créé par des designers de San Francisco en 2008, le site Air Bed (matelas gonflable en anglais) est devenu Air bed&breakfast puis Airbnb. Une réussite comme en connaît le Web, avec un business model et un marketing en or. " Le concept est simple : il s'agit d'étendre la location saisonnière à la résidence principale. Nous nous rémunérons via une commission sur la location et nous proposons que des photographes professionnels viennent prendre les lieux en photos pour les valoriser ", explique Nicolas Ferrary, directeur France. Si le site a rencontré très vite son public aux États-Unis, il a mis plus de temps à infiltrer l'Europe.

Mais depuis un an, en France, la greffe prend. 300 000 voyageurs sont passés par Airbnb sur les douze derniers mois. Chaque internaute qui poste une annonce est responsable de son bien et du prix auquel il le propose, Airbnb n'étant qu'une plateforme de mise en relation. Pour autant une charte assez stricte, avec des guidelines détaillés est à respecter. " Nous misons sur l'autorégulation et sur le sens de l'hospitalité de chacun, mais il peut nous arriver de retirer certaines annonces. Cela reste rare ", note Nicolas Ferrary.

Reste au site à se faire connaître et à accentuer le bouche-à-oreille. Ainsi, une équipe de trois personnes parcourt la France pour porter la bonne parole et convaincre les futurs hébergeurs du bienfait de ce nouveau mode de location. Autre argument de poids qui fait largement partie du succès du site, la possibilité de se constituer une cagnotte quand on part soi-même en voyage. Voire de se faire de l'argent si on se débrouille bien.

" Airbnb s'inscrit dans le mouvement de consommation collaborative. C'est un point positif que nous mettons en avant ", martèle le patron France. Pour autant, une agence immobilière peut proposer des locations sur le site, mais elle sera clairement identifiée comme un hébergeur professionnel. Un programme de parrainage est également proposé. Les internautes sont alors rémunérés en crédit voyage utilisable sur Airbnb. Pour mettre en avant les plus hospitaliers, outre les commentaires et notations des visiteurs, un algorithme, sur le site, place en tête de liste ceux qui obtiennent les meilleurs classements en termes de qualité des lieux, de nombre de réservations à l'année, de mise à jour de leur planning de réservation et de facilité de dialogue... En toute logique, hébergeur et voyageur échangent des infos sur leurs vies respectives. Un dialogue s'établit un peu par curiosité, beaucoup par convivialité. C'est, en tout cas, dans cet esprit que le site a été créé.

Tout se loue sur Airbnb : une île aux Fidji, une yourte en Bretagne, un cockpit d'avion... bref, dans certains cas, l'hébergement constitue le volet le plus exotique du voyage. En visitant les nouveaux locaux du site, installé dans le IXe arrondissement de Paris, on découvre certaines annonces étonnantes affichées au mur de la salle de réunions des équipes. Là aussi, l'esprit Airbnb règne sur l'espace de 200 m2 puisqu'il a été pensé comme un appartement : cuisine, chambre d'enfant, bureau, salle à manger...

Marie-Juliette Levin

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Cofidis Retail

Lenjeu du retail consiste reenchanter lexperience client et apporter autre chose quune simple vente dun produit La Consumer Journey nest plus [...]

Sur le même sujet