Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing

[Tribune] Le fondateur de RINGANA appelle à prendre le contre-pied du Black Friday

Publié par le | Mis à jour le
[Tribune] Le fondateur de RINGANA appelle à prendre le contre-pied du Black Friday
© Ringana

Le cofondateur de la marque autrichienne de soins et compléments naturels RINGANA, Andreas Wilfinger, s'insurge contre le Black Friday et appelle les marques à interpeller consommateurs et dirigeants sur les impacts de la surconsommation.

Je m'abonne
  • Imprimer

Comme chaque année, le Black Friday donne le "la" aux promotions agressives et toute latitude à une surconsommation difficilement contrôlable. Cet événement donne également le coup d'envoi de la plus grosse période commerciale de l'année : les fêtes de fin d'année. Bien que les effets néfastes de cette surconsommation ne soient plus méconnus, tant sur l'environnement que d'un point de vue social, la majorité des industries ne semble pas encore réellement décidée à lever le pied.

Black Friday vs Anti-Black Friday

Importé timidement en Europe en 2013 par les États-Unis, le Black Friday a réellement explosé en popularité à partir de 2016. En parallèle, un mouvement "anti-black friday" est rapidement apparu en France pour s'opposer à cette fête vouant le consumérisme. Cette contestation, qui gagne en importance depuis 2019, n'est plus seulement suivie par des groupes de consommateurs : de plus en plus d'entreprises, généralement engagées en faveur de l'environnement, prennent la lourde responsabilité de ne pas (ou plus) prendre part à ces quelques jours où les chiffres d'affaires peuvent rapidement s'envoler. Leur objectif dépasse l'enjeu commercial : elles souhaitent avant tout promouvoir une consommation raisonnée et durable.

Participer au Black Friday n'est malheureusement pas anodin au niveau environnemental. Des répercussions en termes de consommation d'énergie, d'exploitation des ressources naturelles, de surproduction de déchets sont à déplorer. Lorsqu'une entreprise s'engage durablement, elle doit être prête à faire des concessions pour rester cohérente avec sa philosophie de croissance. Réduire les déchets, contrôler sa chaîne de production, limiter les intermédiaires et l'import lointain de matières premières... Ces objectifs de développement durable perdent leur impact si une entreprise décide de prendre part à des événements qui poussent à la surconsommation, simplement par appétit financier.

Accompagner vers une consommation responsable

Que ce soit en privilégiant les circuits courts, tant au niveau des fournisseurs que des distributeurs, ou en se tournant vers des modèles basés sur la mutualisation des ressources, professionnels et consommateurs ont nombre de possibilités pour changer leurs habitudes de consommation. Si l'on souhaite éviter un désastre écologique, il est du devoir des entreprises d'accompagner les acheteurs vers une consommation responsable. Cela passe inexorablement par une révision stratégique du business model de la société. De petites actions peuvent changer les habitudes des consommateurs comme commencer par encourager ses clients à recycler ou ramener ses propres contenants. Cela constitue une étape simple et pourtant hautement efficace. Une façon de lier fidélité et responsabilité.

Il est incontestable que seule une mobilisation conjointe des consommateurs et des grandes industries permettra d'impulser un vrai changement dans les comportements de consommation. Sans cet accord, les efforts des uns seront balayés par l'inaction des autres.

L'auteur : Andreas Wilfinger, cofondateur de la marque autrichienne de soins et compléments naturels Ringana. L'un des fondements de RINGANA, créée en 1996, repose sur une consommation raisonnée.


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande