Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing

Un label " financé par crowdfunding " pourrait augmenter le prix d'une marchandise de 21 %

Publié par le - mis à jour à
Un label ' financé par crowdfunding ' pourrait augmenter le prix d'une marchandise de 21 %

Une nouvelle étude a révélé que les acheteurs sont beaucoup plus susceptibles d'acheter des produits à financement participatif (crowdfunding) que des articles qui utilisent une autre source de financement, car ils souhaitent voir moins d'inégalités sur le marché.

Je m'abonne
  • Imprimer

Le rapport du Journal of Marketing Research, co-écrit par Oguz A. Acar, professeur agrégé de marketing à la Business School (anciennement Cass Business School), explore comment la manière de financer un produit par crowdfunding influence le comportement des consommateurs.

Les résultats montrent que les consommateurs sont prêts à payer 21% de plus pour le même produit lorsqu'il est financé par le crowdfunding - une entreprise financée par des contributions d'individus, sans sources de financement conventionnelles.

Les études - dont 13 au total, comprenant les contributions de 6495 personnes - ont identifié une préférence jusqu'à 52% plus forte pour le même produit lorsqu'il s'agissait d'un produit à financement participatif par rapport à un produit financé par capital-risque. Les consommateurs souhaitant équilibrer la balance pour les " marginaux ", puisqu'ils les considèrent comme relativement désavantagés en termes de pouvoir, d'influence ou de ressources financières.

D'autres résultats des études ont révélé que :

- Les participants étaient beaucoup plus convaincus que l'achat du même produit réduirait les inégalités sur le marché lorsqu'il découlait d'un financement participatif par rapport à un financement par capital de risque (68% de plus)

- Les participants ont perçu la qualité d'un produit comme significativement plus élevée lorsqu'il était décrit comme financé par le crowdfunding (13% de plus)

- Lorsqu'ils étaient identifiés comme " à haut risque " (par exemple, les produits médicaux, les équipements de sécurité), les consommateurs étaient nettement moins susceptibles de vouloir acheter un produit à financement participatif par rapport à un produit de capital-risque (11% de moins). Les acheteurs ont également estimé que les produits à financement participatif étaient de qualité inférieure lorsqu'ils sont décrits comme à haut risque

- Les consommateurs qui acceptent moins les inégalités sociales ont manifesté une préférence plus forte pour le produit lorsqu'il est décrit comme étant financé par crowdfunding. Ceux qui avaient une forte préférence pour l'égalité sociale avaient une préférence 46% plus forte pour le même produit lorsqu'il était décrit comme un produit à financement participatif que lorsqu'il est décrit comme un produit financé par capital-risque.

Oguz A. Acar de la Business School (anciennement Cass) pense que les résultats des recherches pourraient poser un début de questionnement à savoir si à l'avenir les entreprises labellisent leurs produits comme étant issus de financement participatif, pour accéder au capital financier nécessaire pour donner vie à leurs produits.

"Ce rapport montre que le financement participatif est plus qu'un simple argent - il a également une valeur marketing.

Les consommateurs sont véritablement préoccupés par l'inégalité qu'ils perçoivent sur le marché et considèrent l'achat de produits financés par crowdfunding comme un moyen d'y remédier. Nos résultats suggèrent que la commercialisation d'un produit en tant que financement participatif pourrait avoir un impact positif à la fois sur les résultats des start-ups et des détaillants.

Comme il est actuellement rare de voir le label financé par crowdfunding sur le marché, cette étude pourrait être l'étincelle qui voit les pratiques de communication du financement participatif devenir plus courantes."

"The Signal Value of Crowdfunded Products" du Dr Oguz A. Acar, du professeur Darren Dahl, du professeur Christoph Fuchs et du professeur Martin Schreier est publié dans le Journal of Marketing Research.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande