Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing

DossierBad buzz : les prévenir et les gérer

Publié par le

3 - La réaction de Findus face à la polémique de la viande de cheval

Durant l'affaire du "chevalgate", Findus a dû faire face à une situation de communication de crise. La marque s'est désignée elle-même comme une victime de tromperie, à l'image des consommateurs.

  • Imprimer

Lasagnes, hachis parmentier, moussaka et autres spaghetti bolognaises surgelés ont été retirés de la vente dans six enseignes, "du fait d'une non-conformité d'étiquetage quant à la nature de la viande", apprend-on dans un communiqué de la FCD (Fédération du commerce et de la distribution). Pour l'heure, c'est Auchan, Casino, Carrefour, Cora, Monoprix et Picard qui ont été les premiers à réagir en retirant les produits Findus et Comigel de leurs rayons.

"Les enseignes suivent avec la plus grande attention les investigations menées par leurs fournisseurs et attendent les résultats des enquêtes menées par les pouvoirs publics" poursuit le communiqué de la FCD.

Findus France a annoncé porter plainte contre X. Dans un communiqué daté du 9 février, le directeur général de Findus France, Matthieu Lambeaux, déclare : "C'est Findus qui a pris l'initiative de réaliser des tests inopinés sur ses plats cuisinés. C'est parce que Findus a un système de contrôle systématique de la qualité de ses produits qu'une tromperie a été découverte. C'est Findus qui, par respect des consommateurs et au vu des résultats de ses tests, a décidé de retirer ses produits des rayons, conformément aux standards de qualité de la marque Findus. Rappelons que Findus a alerté les Autorités sanitaires dès qu'il y a eu un doute. Ces dernières ont confirmé qu'il n'y avait aucun risque pour la santé, et nous continuons à travailler avec elles en totale transparence. Findus s'engage auprès du ministre de l'Agriculture dans le combat pour une traçabilité infaillible. Findus pose la question : comment est-il possible qu'en 2013, un transformateur de viande du Sud-Ouest ait pu commercialiser de la viande de cheval avec une estampille vétérinaire française "viande de boeuf " ? On nous certifiait avoir de la viande de boeuf française dans nos recettes. En réalité, on nous a fourni de la viande de cheval roumaine. Nous avons été trompés. Il y a deux victimes dans cette affaire : Findus et le consommateur. Nous porterons plainte contre X dès lundi."

Findus France a mis en place un numéro vert destiné aux consommateurs inquiets. Ce numéro est d'ores et déjà saturé, peut-on lire sur le site d'informations relationclient.fr.

Des consommateurs choqués

L'association de défense des consommateurs, la CLCV, a fait savoir dans un communiqué que "la confiance des consommateurs, déjà très relative, dans l'industrie agroalimentaire, s'en trouve profondément ébranlée. Il y a de quoi, car cette tromperie d'une ampleur considérable n'est pas sans rappeler les pratiques douteuses du Moyen-âge : "mouillage" du lait, ajout de cendres dans la farine ou fraude sur la viande. Ce scandale affecte des marques dont la notoriété est très forte, comme Findus et Picard, au même titre que des produits de marque "distributeur" ou des produits "discount".

Dans ce contexte, il devient difficile pour les consommateurs de savoir à qui se fier..." La CLCV demande aux pouvoirs publics français et européens de faire toute la lumière sur cette affaire dans les meilleurs délais et d'en tirer les conséquences au plan réglementaire.

Thomas Pike

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet