Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing

Le freelance est-il vraiment un travailleur précaire ?

Publié par le | Mis à jour le
Qu'est-ce que BRAND VOICE ?
Le freelance est-il vraiment un travailleur précaire ?

Contrat court, salaire en baisse, etc., la précarisation du travail semble aujourd'hui changer de camp et toucher de plus en plus de salariés...

Je m'abonne
  • Imprimer

Précarité de l'emploi : le freelance rebat les cartes

Les différentes crises économiques - dont celle de la Covid en dernière date - ont progressivement modifié le modèle économique du monde du travail. Jusqu'à il y a encore quelques années, le CDI était perçu comme l'ultime situation professionnelle nous mettant à l'abri de la précarisation de l'emploi. Garant d'un emploi stable, ce contrat est de moins en moins accessible. Pire, cette sécurité de l'emploi semble s'effriter progressivement dans le salariat, où dorénavant le tant convoité CDI n'est plus synonyme d'une carrière toute tracée.

Quelles que soient les nombreuses causes de cette fragilisation du salariat (manque de flexibilité, charges patronales élevées, marché économique mondial très concurrentiel...), le freelancing séduit de plus en plus les actifs et les entreprises en quête de talents.

Le salariat : une dégradation progressive et accélérée de la stabilité de l'emploi

Le traditionnel contrat de travail ne permet plus de rassurer les salariés sur la stabilité de leur situation professionnelle. Face à l'évolution rapide de la demande et de l'offre, certaines entreprises peuvent croître à une vitesse exponentielle, tandis que d'autres peuvent chuter sans jamais remonter la pente.

Les salariés en CDI ne sont plus à l'abri d'un licenciement pour motif économique. Pire encore, selon leur qualification et leur statut professionnel, de nombreux chômeurs retrouvent difficilement un emploi. Pour celles et ceux en CDD ou en intérim, l'accès au CDI est bien souvent semé d'embûches.

Dès lors, miser toute sa carrière professionnelle sur un seul poste est devenu pour beaucoup une vague illusion. Pour la majorité des salariés, le salariat ne représente plus le statut professionnel le plus protecteur. Bien que les banques s'obstinent à intégrer le CDI parmi les critères importants pour obtenir un prêt, dans la réalité la précarisation du travail touche bel et bien les salariés.

Le freelancing : le statut qui séduit davantage les actifs

Le travailleur indépendant reste un statut qui sème la controverse quant à sa stabilité. Du côté des organismes financiers, le travailleur indépendant demeure un statut peu fiable dans ses premières années d'activité. Un recul de 3 ans d'activité reste un critère minimum à remplir - avec des revenus suffisamment élevés et stables - pour prétendre avoir accès à un prêt bancaire. Les anciennes générations perçoivent également ce statut comme moins protecteur que le traditionnel salariat.

Pour les actifs ayant eu l'occasion de tester une activité salariale avant de se lancer en tant que freelance, le constat est beaucoup plus nuancier. Même si les droits sociaux sont moindres par rapport à ceux octroyés aux salariés, la stabilité et la juste rémunération du travail s'instaurent durablement du côté du travailleur indépendant.

En effet, un freelance présente l'avantage indéniable de pouvoir cumuler les missions freelance et les contrats professionnels. Avec plusieurs clients réguliers, un freelance se retrouve rarement pris au dépourvu du jour au lendemain.

Le salarié quant à lui dépend entièrement du maintien de l'activité de l'entreprise qui l'emploie. De ce fait, même avec la roue de secours que représente le chômage pour quelques mois, un salarié peut se retrouver à tout moment dans une situation professionnelle et financière délicate.

Côté rémunération, le freelance peut à tout moment revoir ses tarifs à la hausse, afin d'adapter ses tarifs à ses qualifications et à son expérience professionnelle. Dans le salariat, négocier un salaire à la hausse est devenu un exercice délicat. Rares sont les élus à pouvoir négocier sans problèmes une promotion.

En prenant en considération ce constat, le freelancing est aujourd'hui un statut professionnel permettant de s'assurer une situation professionnelle stable et justement rémunérée.

Les entreprises contraintes de s'adapter

Avec le développement des nouvelles technologies (e-commerce, digitalisation des processus de production...), les entreprises présentent de plus en plus de besoins temporaires sur certains postes orientés Tech (ex. : développeur web, codeur...).

De ce fait, les contrats de travail à durée déterminée de type CDD ou contrat d'intérim ne sont pas toujours adaptés pour des missions de quelques jours ou de quelques semaines. Faire appel à des freelances qualifiés dans leur domaine d'activité permet aux entreprises de gagner en flexibilité, sans être contraintes par un cadre trop strict propre au contrat de travail. Les entreprises peuvent ainsi recruter un ou plusieurs travailleurs indépendants le temps d'une mission, grâce à la signature d'un simple devis.

Le freelancing apporte ainsi la flexibilité tant demandée par les entreprises. Il ne s'agit donc pas de remplacer tous les postes salariés par des contrats de prestations de services, mais simplement de pouvoir faire le choix de prestataire indépendant pour des missions temporaires.

Le CV poussiéreux n'est plus si attractif

Le curriculum vitae est intimement lié au modèle traditionnel de recrutement dans le salariat. Considéré comme le document écrit permettant d'obtenir son laissez-passer pour la prochaine étape de l'entretien, le CV se doit à la fois complet, original et peu avare sur les qualifications du postulant.

Face à cette guerre du meilleur CV, certains n'hésitent pas à enjoliver quelque peu leur profil professionnel. Les nouvelles générations quant à elles rivalisent de créativité avec des CV qui sortent du cadre classique de la traditionnelle feuille A4. Vidéo, fausse couverture de magasine, pancarte haute en couleur... Mais est-ce que le CV comme nous le connaissons ne perd-il pas de sa grâce au fil des années ? Avec l'arrivée des freelances sur le marché du travail, le CV a pris du plomb dans l'aile...

En effet, rares sont les entreprises qui recrutent leurs prestataires freelances sur CV. Même si ce document écrit peut être demandé, les entreprises ont naturellement compris qu'il était de leur intérêt de faire leur choix en appréciant les travaux des freelances (ex. : les sites web créés par un développeur web) plutôt que de se baser uniquement sur un simple CV.

Ce nouveau mode de sélection de plus en plus privilégié par les entreprises permet ainsi de s'assurer que les compétences et les savoir-faire du freelance sont à la hauteur de leurs attentes.

La principale difficulté aujourd'hui pour les entreprises est davantage centrée sur la perte de temps à trier les talents qualifiés parmi la jungle de freelances qui se présente à elle. En effet, il n'y a plus de réelles difficultés à trouver un freelance, tant le freelancing se développe et s'ancre définitivement comme une alternative au salariat. L'histoire se corse lorsqu'une entreprise est en recherche d'un freelance libre pour une mission et qui présente toutes les qualifications demandées.

Ce nouveau mode de recrutement de freelances a rapidement trouvé une solution à ses principales problématiques. En effet, le développement des plateformes freelance montre bien le réel besoin des entreprises de ne plus perdre de temps à sélectionner plusieurs dizaines de profils de freelance, sans réellement savoir si dans ce lot se cachent les meilleurs talents.

Néanmoins, certaines plateformes sont loin de faire l'unanimité. Se contentant d'être de simples CVthèques, plusieurs plateformes freelances opèrent un filtre restreint quant aux freelances qu'elles intègrent sur leur plateforme.

Pour proposer des freelances qualifiés qui correspondent en tous points aux attentes d'une entreprise, la plateforme Freelance Republik opère quant à elle une sélection restrictive des freelances Tech pouvant intégrer la plateforme. Seulement 15 % des freelances Tech postulant sont acceptés.

FreelanceRepublik va même au-delà. Cette plateforme d'achats de prestations intellectuelles propose 3 profils de freelances Tech qualifiés dans leur domaine d'activité à chaque demande pour une prestation freelance. Les démarches administratives (ex. : vérification de la bonne immatriculation du freelance, facturation de la mission...) et contractuelles (ex. : contrat relatif aux droits de propriété intellectuelle) sont également gérées par cette plateforme. Au final, avec ce type de prestation répondant au plus près aux besoins actuels des entreprises, FreelanceRepublik permet de convertir 90 % des entretiens avec un freelance en embauche.

La transformation numérique tant déclamée depuis déjà plusieurs années ne s'est jamais autant accélérée ces derniers mois, et ceci d'autant plus avec la pandémie mondiale de la Covid-19. Les anciens cadres restrictifs du contrat de travail s'effritent de plus en plus, pour laisser une place grandissante aux prestations de service freelance, et ceci d'autant plus dans le domaine informatique. Entreprises comme freelances ont donc tout intérêt à ne pas se laisser dépasser, en s'adaptant aux nouvelles formes d'emploi et aux nouveaux moyens de recrutement.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles