E-marketing.fr Le site des professionnels du marketing

Recherche
Magazine Marketing
En ce moment En ce moment

5 soft skills à développer en 2020 !

Publié par Barbara Haddad le

Dans un environnement marketing et technologique qui évolue vite, les entreprises s'intéressent désormais aux soft skills, appelées aussi compétences comportementales, en complément de l'expertise métier des collaborateurs. Quelles seront celles les plus attendues en 2020 ? Regard de six experts.

Je m'abonne
  • Imprimer
© Freepik

Les soft skills ne sont pas des traits de personnalité !

" Avant même de détailler quelles soft skills il est opportun de développer, il faut rappeler que les soft skills ne sont pas à confondre avec des traits de personnalités. En effet, les premières sont des compétences que l'on peut acquérir ou développer alors que les seconds sont des caractéristiques intrinsèques à la personnalité de chacun et qu'il n'y a pas lieu de modifier", alerte Déborah Romain-Delacour, psychologue et auteur. Ainsi, une personne timide ne pourra pas être changée en personne extravertie. Néanmoins, elle pourra être accompagnée, selon les besoins inhérents à sa fonction professionnelle, à développer certaines compétences comme une plus grande facilité de communication, envers ses équipes ou en public pour améliorer son quotidien.

" On parle donc de compétences, c'est-à-dire, de facultés dont on peut mesurer l'impact sur la performance en entreprise", précise Jean Pralong, responsable du pôle recherche du Lab RH et de la chaire "Compétences, employabilité et décisions RH" à l'EM Normandie. Ainsi, "A s'intéresser à l'être plutôt qu'au faire, la limite devient floue entre recherche de compétences et traits de caractère par les employeurs et les soft skills ne doivent pas complètement remplacer les attentes sur les hard skills, car elles sont nécessaires à une bonne compréhension des enjeux pour un métier ou secteur donné", précise-t-il.

Jérome Hoarau, expert des softs skills et co-auteur de deux ouvrages Soft Skills: Développez vos compétences comportementales, un enjeu pour votre carrière" et Le réflexe soft skills: Les compétences des leaders de demain apporte également quelques précisions : " Cette distinction entre soft skills et trait de personnalité est très importante car sinon on bascule dans le jugement, voir la discrimination. On ira donc chercher des soft skills en fonction d'un secteur et d'un métier: dans le bâtiment, la banque ou la data et l'intelligence artificielle par exemple, ce ne seront pas les mêmes compétences qui sont attendues".

Soft Skill n°1 : L'intelligence relationnelle

" Nous vivons aujourd'hui dans un monde professionnel interconnecté, où presque plus aucun métier ne se réalise sans une interaction sociale avec d'autres collaborateurs, des clients, des fournisseurs etc.", constate Alexia de Bernardy, fondatrice de la WE box, plateforme digitale d'outils et de méthode RH et auteur du livre Moteurs d'engagement (Marabout). La capacité à entretenir un bon relationnel avec l'ensemble des personnes avec qui l'on interagit dans le cadre de son activité professionnelle permet alors de créer une atmosphère propice au développement de la performance en entreprise : " De la capacité à créer du lien va naître un sentiment de sécurité et de confiance propice au développement d'autres soft skills comme la créativité, la productivité etc", précise-t-elle.

La capacité à créer du lien est donc une soft skill qui agit comme fil rouge sur d'autres compétences, reste ensuite à chaque personne d'identifier les leviers qui lui correspondent : "Pour certains cela va passer par l'organisation régulière d'afterwork avec l'équipe, pour d'autres ce sont des points réguliers en one-to-one pour s'assurer que tout va bien etc. À chacun de trouver, selon sa personnalité, les actions qui vont permettre de développer une soft skill particulier", poursuit Alexia de Bernardy.

Enfin, de récentes études confirment ces constats : 75 % des collaborateurs ne quittent pas leur emploi mais quittent leur chef (source Officevibe) et 80 % des employés se déclarent prêts à s'investir plus pour un employeur plus empathique !

© freepik

Soft Skill n°2 : l'intelligence émotionnelle

Autre "Méta soft-skill", dont vont découler d'autres compétences, celle de l'intelligence émotionnelle : " Les émotions sont contagieuses, c'est donc une des compétences les plus importantes à développer : si un manager est stressé et s'emporte vite, cela va avoir un impact sur l'ambiance dans l'équipe, voir même sur la productivité des collaborateurs", explique Julien Bouret, expert formateur chez Unow et co-auteur des livres Soft Skills: Développez vos compétences comportementales, un enjeu pour votre carrière et Le réflexe soft skills: Les compétences des leaders de demain. Dans cet exemple, il s'agit de la capacité à gérer son stress mais cela peut aussi être à l'inverse dans la propension à véhiculer aussi ses émotions positives : " Un manager qui sait se montrer enthousiaste face à un nouveau projet ou une idée proposée par un collaborateur va avoir pour effet de créer un sentiment de confiance et de valorisation galvanisant pour toute l'équipe, ce qui incitera aussi à plus de créativité etc. c'est un cercle vertueux", précise-t-il.

Le réseau professionnel Linkedin vient ainsi de publier les résultats de son étude sur les 15 compétences comportementales et techniques les plus recherchées dans le monde en entreprise et on constate que l'intelligence émotionnelle fait son entrée dans le top 5, à la cinquième place, derrière la créativité, la persuasion, l'esprit d'équipe et l'adaptabilité (source : Linkedin Learning).

" L'intelligence émotionnelle agit donc comme une méta soft-skill, au travers des différentes étapes d'identification, de compréhension et de gestion de ses émotions. Le fait de parler des émotions en entreprise est alors une véritable révolution puisqu'il s'agit d'un sujet resté longtemps tabou. Il y a désormais une place pour les émotions en entreprise reste néanmoins à ne pas s'en laisser déborder et savoir les apprivoiser ! ", conclut Déborah Déborah Romain-Delacour.

Soft Skill n°3 : les mad skills ou la capacité à sortir du cadre

Les entreprises, à demander toutes les mêmes compétences, ne risquent-elles pas alors de retomber dans un certain conformisme là où on attend d'elles une posture disruptive pour réussir ) se démarquer de la concurrence ? C'est le point que soulève Jean Pralong : " Le souci avec les listes de soft skills c'est que l'on risque de retomber dans le travers du recrutement de profils identiques ... C'est là qu'interviennent les mad skills, où comment on peut repérer au moment du recrutement des compétences qui vont permettre d'innover, de sortir du cadre et de prendre un problème d'une façon complètement inédite et inattendue ", explique Jean Pralong.

À l'université de Lyon par exemple, des travaux de recherche ont été menés sur les "Crazy People" , ces personnes qui, justement, pratiquent une certaine résistance productive en prenant par exemple la décision de lancer un produit qui, a priori, semble moins profitable que d'autres.

"Mais, le cerveau n'aime pas l'inconnu et souvent ces personnalités peuvent déranger en entreprise. Les managers doivent donc développer une certaine ouverture d'esprit pour accepter une variété de profils dans leur équipe mais aussi l'arrivée de nouvelles idées et façons de faire qui bousculent certaines croyances limitantes", ajoute Julien Bouret.

Soft Skill n°4 : L'importance de cultiver sa singularité

"Finalement, l'important est de cultiver son propre cocktail de soft skills, c'est ce qui fait de nous notre singularité et qui fera par exemple la différence, lors d'un entretien d'embauche", poursuit Julien Bouret.

Vincent Avanzi, Chief Poetic Officer et auteur du livre " Trouver son point génial" (Marabout), parle lui de "leader éclaireur" : " L'objectif est de devenir la plus belle version de soi-même, engagée dans sa plus noble mission. Cela sous tend un triple alignement de ce qu'on dit et fait en fonction de ses valeurs, celles de l'entreprise et du monde qui nous entoure. Ainsi, on arrive à une communication et des actions plus incarnées, qui ont du sens pour nous mais qui motivent également ceux autour de nous à se mettre en mouvement", explique-t-il.

Ainsi, les deux experts insiste sur l'importance du "chemin" pour développer ses compétences, car acquérir ou développer certaines soft skills ne relève pas d'un processus on / off comme dans les hard skills (je connais ou non ce sujet) mais d'un processus qui va évoluer tout au long de notre vie et en fonction des évènements que l'on va vivre. Jérome Hoarau le confirme : " Les compétences comportementales sont souvent activées face à un imprévu : comment je me comporte face à une personne que je ne connais pas, à une attitude inattendue d'un membre de l'équipe etc.".

© freepik

Soft Skill n°5 : L'intelligence collective - L'égo au service de l'écho

L'intelligence collective peut s'appliquer à plusieurs échelles :

- " En entreprise, c'est une nouvelle posture de manager-coach qui émerge, où les dirigeants acceptent d'adopter une "posture basse", pour se mettre au niveau des membres de leur équipe et ainsi les accompagner sur le chemin de leur montée en compétences", constate Alexia de Bernardy. "En interne, c'est aussi l'occasion de mobiliser l'ensemble des salariés afin de connaître leurs valeurs individuelles pour arriver à des valeurs communes qui seront portées par l'entreprise. On passe ainsi d'un JE épanoui à un NOUS engagé ! ", ajoute Vincent Avanzi.

- Ensuite, dans un contexte de prise de conscience générale quant à une responsabilité partagée - consommateurs, entreprises etc.- pour la préservation de l'homme et de la planète, l'objectif est de réussir à agir en faveur d'un bien commun : cela passe par de nombreuses consultations de citoyens et consommateurs mais aussi par la mise en place d'actions éco-responsables dans les processus de fabrication ainsi que par l'évangélisation des bonnes pratiques et petits gestes du quotidien auprès du grand public : "Les consommateurs deviennent des citoyens engagés et les entreprises cherchent leur raison d'être utiles", conclut Vincent Avanzi.

Barbara Haddad

Barbara Haddad

Passionnée de veille et d'innovation, je suis à l'affût des dernières initiatives menées par les marques et enseignes ainsi que les nouveaux [...]...

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet

Tribunes

Par La rédaction

L'intelligence artificielle permet aux agences de gagner du temps... qu'il serait bon de réinvestir en formations, explique dans [...]