Recherche
Se connecter

DossierRéactivation client : et si l'on réveillait vos clients inactifs ?

Publié par le

1 - 30 à 40% de vos clients sont "dormants"

Encéphalogramme plat. Aucune réaction aux e-mailings. Les clients inactifs représenteraient 30 à 40% d'une base de données, voire davantage.

Cette inactivité se mesure par une baisse du taux d'ouverture et du taux de clics sur sa newsletter et se traduit par une diminution du taux de transformation ou du nombre de visiteurs sur son site web. Pour réactiver ces "clients dormants", la marque doit scénariser ses actions marketing afin de leur envoyer une séquence de messages attractifs. Le canal e-mail est privilégié, car il permet de savoir si le client a ouvert sa newsletter et d'adapter sa stratégie.

Il est recommandé de tester l'efficacité de ses campagnes de réactivation sur un échantillon de clients. Si le destinataire continue d'ignorer les messages, il faut supprimer son adresse de sa base de données afin de conserver sa réputation auprès de FAI, de plus en plus prompts à bloquer les e-mails qui ne sont pas ouverts, et ne pas risquer de voir la délivrabilité de ses e-mailings baisser. Enfin, à long terme, réactiver un client inactif revient plus cher que d'acquérir un nouveau client, en raison, notamment, des frais de routage.

Découvrez les onze règles d'or à suivre, page suivante...

Florence Guernalec

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet