Rse

L'engagement des marques pour le(s) bien(s) commun(s)

Publié par le - mis à jour à
Qu'est-ce que BRAND VOICE ?
L'engagement des marques pour le(s) bien(s) commun(s)

Après plusieurs années de mise en conformité RSE, une nouvelle exigence se fait jour pour les marques, qui doivent aller plus loin. L'édition 2020 de PRODURABLE (7 & 8 septembre) mettra justement en avant les entreprises qui ont pour objectif, au-delà de " ne pas nuire ", de " faire du bien " !

Je m'abonne
  • Imprimer

En matière d'environnement, de climat & biodiversité, de santé, de gouvernance et d'emplois, le serment d'Hippocrate " primum non nocere " (410 av JC) a longtemps prévalu et reste d'actualité. Tout commence par-là : construire sans détruire, exploiter sans spolier, produire sans contaminer le vivant, nourrir sans compromettre la santé, travailler sans asservir, et gagner sans exclure. Bref, ne pas nuire !

Mais aujourd'hui, cela ne suffit plus. Il faut " faire du bien "

C'est l'étape du dessus, celle des " Best in Class ", ces entreprises qui compensent, restaurent et réparent, qui rétablissent le lien de confiance entre l'économie et l'homme, qui inscrivent même dans leur mission, voire leur statut, la poursuite d'une contribution active à la société.

Le business for good est né, c'est-à-dire la recherche d'un impact positif sur la planète et les hommes. Et c'est là que les marques entrent dans la danse.

En redéfinissant leurs business model, en faisant évoluer leurs produits et leurs services, et en mettant leur pouvoir au service de l'homme et de la planète, les marques s'engagent dans la course à l'écoresponsabilité.

Quelques exemples très récents : Zalando annonce ne plus vendre que des marques éco-responsables d'ici 2023; l'Oréal accélère sur les emballages plastiques et la neutralité carbone, H&M vient de nommer à sa direction générale son ancienne responsable du développement durable, et Danone devient une "entreprise à mission".

Est-ce pour se concilier les bonnes grâces à la fois de leurs investisseurs et des ONG, qui réclament tous plus d'éthique et d'écologie ? Sûrement ! Ont-elles compris leur influence et se découvrent-elles un nouveau rôle sociétal, voire politique ? sans doute...Ont-elles vraiment envie de sauver la planète et le genre humain ? Peut-être... Mais elles ont très certainement saisi qu'il en allait de leur survie, que le consommateur privilégie aujourd'hui le naturel, le local, le bio, le recyclé, la juste rémunération, l'éthique et le partage... et que c'est sur un alignement de valeurs que le marketing d'aujourd'hui doit se situer, avec transparence et cohérence

Le salon PRODURABLE qui se tiendra les 7 & 8 septembre prochains, propose :

- Un parcours dédié d'une quinzaine de sessions sur ces nouveaux enjeux, avec de nombreux témoignages : Camif, le Petit Olivier, Respire, Léa Nature, C'est qui l'patron, Lidl, Love & Green, Werner & Mertz, BIC, l'Or2al, etc. En savoir plus.

- Le Grand Prix de la Responsabilité des Marques (RSM), organisé en partenariat avec M6 Publicité et La Linkup Factory sera remis le 7 septembre à partir de 18h30.

PRODURABLE - 7 & 8 septembre - Palais des Congrès de Paris. www.produrable.com


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

PRODURABLE

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet