Recherche
Se connecter

4 tendances en marketing digital par les experts

Publié par le - mis à jour à
Qu'est-ce que BRAND VOICE ?
4 tendances en marketing digital par les experts

Le marketing digital et les stratégies social media évoluent en permanence, via des ruptures technologiques, de consommation ou comportementales. Nous avons donné la parole à des spécialistes afin de connaître leur vision sur les tendances majeures pour les prochaines années.

Je m'abonne
  • Imprimer

Consultez le guide avec 20 tendances social media et marketing digital par les experts

https://landing.digimind.com/fr-les-tendances-2018-social-media-et-marketing-digital-par-20-experts?&utm_source=BrandContent&utm_medium=BrandvoiceEditialis


Micro-influence : entre lassitude, quête d'authenticité, besoin de transparence et professionnalisation

Pour Camille Jourdain, consultant Marketing d'Influence, un micro-influenceur, c'est avant tout un créateur de contenu. Sa vraie force, c'est sa capacité à créer un contenu qui parle à son audience.

Au-delà de cette évolution de profil, il estime que 4 grandes tendances émergent en micro-influence :

- Un phénomène de lassitude : Les micro-influenceurs ont intérêt à varier les types de contenus et les plateformes, écrire des billets sur un blog, publier des liens sur Twitter, réaliser des vidéos sur YouTube, uploader des contenus sur Facebook, poster des photos et surtout créer des stories sur Instagram.

- Une quête d'authenticité : des partenariats plus cohérents et plus honnêtes :

Les consommateurs français sont nombreux à consulter les publications des influenceurs. Mais ils ne sont pas toujours satisfaits par les sujets abordés et les conseils prodigués, ils demandent plus de cohérence dans les choix de collaboration et d'honnêteté dans l'émission des avis.

- Un besoin de transparence : des collaborations commerciales mentionnées explicitement : Les collaborations commerciales avec des micro-influenceurs seront très fréquentes cette année, c'est pourquoi l'ARPP s'est penchée sur le sujet de la transparence en émettant un certain nombre de recommandations. Il est important de les porter à la connaissance du public en l'indiquant de manière explicite sur les publications avec l'expression "En partenariat avec".

- Une professionnalisation du secteur : des deals encadrés et contractualisés:

Les deals devront être toujours mieux encadrés et pour se faire, il est important d'établir une charte de collaboration influenceurs. Son objectif : créer une relation professionnelle entre les deux parties et leurs audiences.

Le design conversationnel

"Avec l'arrivée massive des assistants vocaux, dopés à l'iA, à la reconnaissance vocale et si riches en data, un nouveau territoire de communication apparaît pour les marques. Et qui dit nouveau canal, dit nouvelle façon de communiquer" explique Guillaume Terrien, Consultant en communication digitale.

Pour lui, les trois avantages principaux de ce nouveau canal d'achat, de renseignements, voire de simple divertissement ne sont plus à présenter ; outre son aspect linguistique instinctif qui légitime sa simplicité d'utilisation, sa rapidité d'usage et de réaction ainsi que son niveau de précision en font une interface quasiment incontournable.

Guillaume poursuit : "Alors que l'univers tech a déjà les mains dans le cambouis et jongle sur l'iA, la reconnaissance vocale, la blockchain ou encore le NLP (Natural Langage Processing), les marketeurs sont encore en phase d'observation et d'apprentissage face à ce nouveau type de marketing vocal et aux nouveaux usages qu'ils pourraient et devraient en faire".

Il estime que Google a ouvert une voie en travaillant notamment avec les dialoguistes de Pixar pour donner une crédibilité à sa voix synthétisée mais, au-delà de la qualité du dialogue, c'est également sur le contenu, le ton et la familiarité que les spécialistes vont devoir se pencher. Et, une fois n'est pas coutume, un nouveau métier verra sans doute le jour : le designer conversationnel.

La confiance

Pour Jonathan Chan, Community Manager chez Dentsu Aegis Network / iProspect, l'année dernière a représenté la fin de l'âge d'or des réseaux sociaux, une désillusion comme nous avons assisté à la fin de l'idéal du web. Pour cette année, il explique que la reconstruction de la confiance doit être au centre de la stratégie des marques au niveau des réseaux sociaux.

Il estime que cette confiance doit se construire à partir de 3 piliers :

La crédibilité : la marque doit être perçue comme étant compétente et légitime. Dans cette économie de l'attention, il est essentiel que les marques communiquent sur leurs valeurs avec des messages authentiques.

La pertinence : la diminution de l'attention est indéniable, les marques qui vont s'extraire du lot sont celles qui arriveront à résonner auprès des consommateurs avec des messages légitimes. Cette pertinence se construit à travers la connaissance client et la conception d'expériences en rapport avec les usages.

La proximité : les marques ont pensé que les réseaux sociaux étaient leurs relais médias mais elles ont oublié la dimension sociale, c'est à dire la capacité à générer des conversations utiles qui font avancer la société.

La marque va s'effacer au profit de ses communautés

Marie Dollé, experte en Stratégie Digitale, s'interroge : "Depuis 2008, date à laquelle les marques ont commencé à investir les différentes plateformes sociales, les règles du jeu ont fortement évolué. Facebook entend désormais restaurer des "vraies interactions" et se recentrer sur la famille et les amis. Conséquence : les marques peinent à émerger et engager leurs audiences. Un constat corroboré par l'étude Opinion Way pour Wide : 79% des Français déclarent ne pas suivre les pages des marques. De quoi s'interroger : sommes-nous à l'aube d'une mutation profonde ? "

Marie relève un changement important : moins soumis à la dictature impitoyable des algorithmes, les groupes sont en plein essor ; parfois pilotés par des marques, ils répondent néanmoins à des thématiques bien précises et où le nom de la marque tend à disparaître.

Elle explique qu'un autre exemple pousse le raisonnement un cran plus loin : depuis sept ans, chaque semaine le compte Twitter officiel de la Suède était confié à un habitant ou une habitante du pays ; ce qui relève du " social takeover " à grande échelle mériterait d'être déployé par les marques de façon régulière et pas seulement ponctuelle.

Marie Dollé se demande toutefois si les marques sont prêtes à déléguer les rênes de leurs comptes à leurs communautés au sens large (employés, partenaires, ambassadeurs etc.). Cela suppose notamment de s'éloigner des canons de la communication corporate, revoir sa raison d'être et accepter une perte de contrôle... bref, un sacré changement à opérer.

Retrouvez d'autres points de vue dans le guide dédié aux tendances social media et marketing digital https://landing.digimind.com/fr-les-tendances-2018-social-media-et-marketing-digital-par-20-experts?&utm_source=BrandContent&utm_medium=BrandvoiceEditialis






Je m'abonne

Digimind

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet