Com' : les réactions des grandes surfaces aux mesures gouvernementales

Publié par Clément Fages le

De le fronde d'E.Leclerc au drive solidaire d'Intermarché, l'imbroglio gouvernemental attise la créativité... Voici une sélection non-exhaustive de réponses des grandes surfaces alimentaires à l'interdiction à la vente des produits non-essentiels.

Je m'abonne
  • Imprimer
E.Leclerc frondeur face au gouvernement

Alors que la défense des petits commerces et la lutte contre la distorsion de la concurrence semblent avoir dépassé les enjeux sanitaires à l'occasion de ce deuxième confinement, E.Leclerc est peut-être l'enseigne la plus virulente face à l'évolution du discours gouvernemental. " Monsieur Castex, vous êtes le meilleur employé d'Amazon en France ", raille ainsi Michel-Édouard Leclerc sur RMC/BFMTV, en réaction à la décision du Premier ministre d'interdire les enseignes alimentaires, ouvertes car "essentielles", de commercialiser les produits également vendus par les magasins fermés car considérés comme "non essentiels". De là, des situations souvent ubuesques : "J'ai le droit de vendre un pyjama de 2 ans car c'est un article de puériculture mais pas de 4 ans car c'est de l'habillement ! J'ai le droit de vendre un journal mais pas un livre ! ", détaille le patron, qui met en avant le lobbying d'enseignes ou de syndicats qui ne défendent pas toujours les petits commerçants et se positionnent encore et toujours comme le grand défenseur du pouvoir d'achat des Français.

De quoi donner des idées de communication à certains directeurs de magasin l'enseigne, avec par exemple cette initiative du E.Leclerc de Vern-sur-Seiche en Ille-et-Vilaine, un brin complotiste :


Journaliste tout terrain, je couvre tous les aspects du marketing et plus particulièrement les stratégies des marques. J’aime aussi l’Histoire. Suivez-moi [...]...

Voir la fiche
Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet