[Tendance] La transgression, source d'inspiration pour les marketeurs ?

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

La question est alors de savoir si cette tendance polymorphe qu'est la transgression peut être une source d'inspiration pour les directions marketing ou de communication ?

File d'attente

L'univers de la mode et ses avatars publicitaires ont depuis toujours surfé sur l'outrance et la remise en cause des codes. Ces deux derniers enfants terribles étant American Apparel, champion incontesté de la catégorie, et plus timidement Desigual avec ses semi naked party au moment des soldes, accompagnés de quelques dérapages de vitrines plus ou moins bien maitrisés.

D'autres univers se sont construits plus récemment sur un positionnement transgressif. On pense à Gleeden, avec si se tromper c'était ne pas se tromper, ou Dayuse-hotels.com et ses affiches 4 x 3 : prenez une chambre pour quelques heures, ou bien encore au concept de Youporn.

Une tentation pour de nombreuses marques

Mais le marché de la relation extraconjugale n'est pas le seul à s'être révélé au grand jour en utilisant la transgression. Des marques plus consensuelles et familiales s'y essayent comme Kinder Bueno, si bon qu'on en deviendrait méchant.

Pourtant nous n'en sommes encore qu'aux prémices, et cette tendance à la transgression va encore s'accentuer avec le Newsjacking, puisqu'il s'agit désormais pour les marques de surfer sur la vague de l'actualité en la prenant en otage, par pure provocation, sous le regard complice de sa communauté de fans ou de twittos.

Ainsi la MINI, qui vantait la puissance de son moteur après l'affaire Spangero, Beef, With a lot of horses hidden in it, ou les mêmes de Pulco, Budweiser, Curly, JetBlue Airways, Nissan et JC Leroux, après la une dénudée de Kim Kardashian - autre bootyliscious - dans Papermag.com.

Dans un monde de communication digitale, où la quête du Graal trouve son issue dans le buzz grâce à la magie de la viralité des contenus, surfer sur la transgression est une tentation très forte mais gare aux dérapages incontrôlés, à l'instar d'Orangina, obligé de présenter ses excuses sur sa page Facebook après et son "Harry Potter, c'est n'importe quoi, encore la magie on veut bien, les balais qui volent, pourquoi pas, mais un roux qui a des amis ?"

La transgression : une tendance à consommer avec modération par les marques !

Post-scriptum du 20 janvier 2015 :
Toute incitation à la haine ou à la violence sous couvert de provocation ne peut être assimilée à une transgression. De même que si une transgression, considérée comme abusive par certains, devient dangereuse pour ceux qui en sont les auteurs, alors il y a là atteinte à la liberté d'expression et aux fondements de la démocratie.
C'est ce qu'on voulut exprimer les millions de Français descendus dans la rue le dimanche 11 janvier en arborant #jesuischarlie

OpinionWay

Crée en 2000, OpinionWay s'est développé à partir d'une idée simple : rendre plus innovant le marché des études. L'institut intervient dans de nombreux domaines (compréhension des marchés, problématiques de marques, développement de produits et de services...) auprès de cibles BtoB ou BtoC pour des clients à forte notoriété.

Retrouvez Luc Balleroy, directeur général d'OpinionWay et directeur d'InnovativeWay, dans une tribune consacrée à l'innovation : "Décrypter les signaux pour innover"

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Luc Balleroy, d-g d'OpinionWay et directeur d'InnovativeWay

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet