Recherche
Se connecter

LaFourchette multiplie les partenariats avec les GAFA

Publié par le | Mis à jour le
LaFourchette multiplie les partenariats avec les GAFA

Le site de réservation en ligne français, LaFourchette, poursuit sa quête de nouveaux marchés et s'associe avec Amazon, Google et Instagram pour faire évoluer son offre.

Abonnez-vous à partir de 16,20€
  • Imprimer

Installée depuis plus d'une décennie dans le paysage du quotidien des Français, LaFourchette a fait évoluer son positionnement depuis le début d'année 2018, par le biais de trois partenariats : Amazon, Google et Instagram. L'objectif est d'accompagner les restaurateurs dans l'optimisation de leurs réservations et la fidélisation de leur clientèle. Présente dans 11 pays, constituée d'une base riche de 50 000 restaurants partenaires à travers le monde, dont 14 000 sur le sol français et près de 19 millions de visiteurs uniques par mois dans le monde, la plateforme de restaurants ne cesse de prendre de l'ampleur, depuis son rachat par TripAdvisor en 2014.

La société qui a franchi le cap du milliard d'euros des revenus apportés aux restaurants en 2017, gonfle son offre de façon sensible depuis deux ans. En plus de développer un programme de fidélité et de mettre en place une sélection "Insider", qui rassemble les meilleurs restaurants du moment, LaFourchette a élargi son cercle de restaurants étoilés partenaires : "50% des restaurants étoilés sont désormais partenaires de LaFourchette. Nous avons un éventail de choix de restaurants très large, qui nous permet de cibler toutes les générations", assure Damien Rodière, Country Manager France, Suisse et Belgique de LaFourchette.

Sur le terrain des GAFA

Depuis début 2018, l'entreprise a mis les bouchées doubles pour permettre la simplification de l'acte d'achat : "L'année 2018 a été celle de toutes les innovations. Nous avons développé de nombreux partenariats avec des acteurs du web, pour que le consommateur développe le réflexe de réserver une table en ligne", relève Damien Rodière. La plateforme d'e-réservation en restaurant s'est lancée, dès avril 2018, sur le marché des assistants vocaux, via Amazon : "Nous avons souhaité apprendre de notre partenariat avec Alexa et de ses attributs. Ce n'est pas encore notre canal prioritaire, mais c'est un des leviers qui prendra de plus en plus d'importance. Nous misons là-dessus pour être à même de saisir cette opportunité le moment venu. Notre volonté est d'être au coeur de l'innovation et d'aider les restaurateurs à prendre en main le tournant de la commande vocale".

Pour améliorer l'expérience utilisateur, LaFourchette s'est aussi rapproché en juin 2018 de Google, et de sa page "Google My Business". Cette fonctionnalité permet de gagner des clients gratuitement et sans commission : "Google Reserve permet de générer une meilleure conversion aux restaurateurs partenaires. Ainsi, l'internaute peut réserver 24 heures sur 24. L'objectif est d'aider les restaurateurs, avec une réservation en ligne disponible à tout moment".

Une stratégie multicanal

Pour couronner son implantation auprès des mastodontes du net, LaFourchette a officialisé un partenariat avec Instagram en octobre 2018, pour réserver une table directement depuis le réseau social : "Instagram c'est 1 milliard d'abonnés et un contenu dans lequel le food prend une place importante, l'engagement y est élevé. Nous sommes le premier partenaire français d'Instagram à permettre directement la réservation d'une table de restaurant depuis le réseau social".

Désormais sur les pages Instagram de restaurants référencés par LaFourchette, un bouton "réserver" s'affiche. Un partenariat gagnant-gagnant en somme : "La réservation sur Instagram est gratuite autant pour les restaurateurs que pour les internautes en France. Contrairement aux pratiques habituelles, toute réservation via Instagram se fait sans coût supplémentaire pour les restaurants et l'utilisateur. Ce partenariat est particulièrement bénéfique pour nous : nous proposons notre savoir-faire depuis leur réseau social". A noter que LaFourchette prélève 2 euros sur chaque transaction.

Cette stratégie multicanal annonce la quête de nouveaux horizons : "Nous souhaitons développer notre marque avec des médias de masse et faire connaître celle-ci au plus grand nombre. Notre objectif, par tous ces partenariats, est d'être un réflexe pour aller au restaurant. Nous souhaitons étendre notre présence un peu partout, pas seulement dans les grandes villes", conclut Damien Rodière, conscient que le maillage est principalement urbain.


Du sport au marketing, il n’y a qu’un pas. Je traite tous les aspects du marketing pour Emarketing.fr et le magazine Marketing. Pour en savoir plus : [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet