Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing

L'e-mailing, un outil apprécié mais pas optimisé

Publié par Claire Morel le

En 2010, les annonceurs ont encore misé sur l'e-mailing dans leur stratégie marketing, selon une étude de Dolist. Mais ils n'optimisent pas suffisamment le ciblage et la mesure du ROI.

Je m'abonne
  • Imprimer

En 2011, 49 % des annonceurs prévoient d’augmenter leur budget e-mailing, et 45 % estiment que ce canal apporte un ROI de plus en plus satisfaisant. Telles sont les conclusions de Dolist, spécialiste de l’e-mail marketing, dans la 2e édition de son enquête Pratiques et tendances de l’e-mail marketing en France, menée en partenariat avec l’Aden, Association pour le développement de l’économie numérique. L’e-mailing apparaît encore comme un canal important dans la stratégie marketing des 400 entreprises françaises interrogées à cette occasion. Néanmoins, elles manquent parfois de rigueur quant à l’optimisation de cet outil.

En 2010, pour 67 % d’entre elles, les campagnes d’e-mailing ont un but informatif. 43 % des sondés les utilisent pour réaliser de la prospection. Seulement 24 %, contre 36 % en 2009, effectuent des e-mailings pour leurs enquêtes et leurs sondages. Cette baisse s’avère particulièrement néfaste à la bonne connaissance des clients et au ciblage des campagnes marketing.

Pour évaluer l’efficacité de leurs campagnes d’e-mailing, 34 % des annonceurs mesurent le taux d’ouverture, indicateur peu représentatif en termes de performance. En outre, 63 % suivent le taux de désabonnement, alors que seulement 29 % prennent en considération le nombre de plaintes. Autre chiffre décevant : seules 10 % des entreprises cherchent à calculer le ROI de leurs campagnes.

En 2010, les annonceurs se méfient de l’association e-mailing et réseaux sociaux. Ainsi, 39 % (contre 19 % en 2009) refusent d’associer ces deux canaux, en raison de premières expériences moins concluantes que prévu. Face à la tendance majeure du marketing mobile, seulement 36 % s’intéressent à l’optimisation des e-mails sur mobile, contre 49 % qui refusent de s’y investir.

Méthodologie :

La 2e édition de l’enquête Pratiques et tendances de l’e-mail marketing en France a été réalisée par Dolist et menée en partenariat avec l’Aden, Association pour le développement de l’économie numérique. Plus de 400 annonceurs français en B to B et B to C, de tous les secteurs confondus, ont été interrogés entre janvier et février 2011, via un questionnaire en ligne.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande