E-marketing.fr Le site des professionnels du marketing

Recherche
Magazine Marketing

67 % des Français intéressés par du streaming financé par la publicité

Publié par Matis Demazeau le - mis à jour à
67 % des Français intéressés par du streaming financé par la publicité

Alors que Netflix proposera dès novembre un abonnement moins onéreux mais comportant de la publicité, l'agence d'études iligo a publié un sondage mettant en exergue l'intérêt des consommateurs français pour les initiatives d'"AVOD", la vidéo à la demande financée par de la publicité.

Je m'abonne
  • Imprimer

Disney +, Amazon Prime Vidéo, Netflix, Canal +, Salto... Le nombre de plateformes de vidéos à la demande ne cesse de croître ces dernières années. Même si ce pluralisme permet aux consommateurs d'avoir accès à un contenu audiovisuel de plus en plus riche, il est aussi la cause de factures d'abonnements de plus en plus élevées. Si un adepte de films et de séries voulait s'abonner à ces cinq plateformes, il devrait débourser, en France, la somme de 61,45 euros par mois. Au vu de la baisse constante du pouvoir d'achat, les Français ont de moins en moins la faculté d'assumer de telle charge. C'est pour cette raison que les différentes sociétés spécialisées dans la distribution et l'exploitation d'oeuvres cinématographiques et télévisuelles songent de plus en plus sérieusement à imaginer un nouveau concept : un abonnement moins onéreux... mais intégrant de la publicité. Autrement dit, de l'"AVOD" : Advertising Video on Demand, du streaming financé par la pub.

4 minutes de publicité par heure visionnée

Par exemple, Netflix pense à une formule dont le prix avoisinerait les 7 euros et qui comporterait 4 minutes de publicité par heure visionnée à la place d'une offre à 13,49 euros sans réclame. Selon l'étude publiée par l'agence iligo, 2 Français sur 3 seraient ouverts à ce genre d'abonnements. Parmi les plus jeunes d'entre eux, 75 % des 18-34 ans seraient enthousiastes à la perspective d'une formule moins chère pour regarder les différents programmes proposés par les plateformes de vidéos à la demande. Le chiffre reste tout de même élevé en ce qui concerne les 50-69 ans (59 %). Cependant, les consommateurs attendent, en contrepartie d'une diffusion de publicité, une réduction d'au moins la moitié du coût mensuel. Cette stratégie semble donc pertinente pour attirer de plus en plus de consommateurs, surtout chez la jeune génération.


Méthodologie : Enquête en ligne réalisée auprès de 571 Français de 18 à 69 ans représentatifs de la population Française, du 5 au 13 juillet 2022.
Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande