[Tribune] Le marketing là où on ne l'attend pas

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

Le marketing est pourtant partout...

Le fait de s'inspirer des pratiques du secteur privé n'est donc plus forcément mal vécu. Et si tout est affaire de langage, il est toujours possible de maquiller les mots pour les rendre acceptables aux yeux du public que l'on vise. Mais toujours est-il que dans les faits, les hôpitaux publics sont depuis longtemps en concurrence avec le secteur privé à but lucratif ou non lucratif, et que les territoires sont eux-mêmes en lutte pour attirer des visiteurs (sur le marché des destinations touristiques) ou des entreprises (sur le marché de l'implantation d'entreprises).

De fait, les acteurs publics ou parapublics doivent mieux connaître leurs concurrents, apprendre à les observer et mettre en place des politiques (de santé, économiques, culturelles...) qui visent, notamment, à bien les différencier vis-à-vis de leurs compétiteurs. Ils doivent également mieux tenir compte des attentes et des comportements de leurs publics, qu'il s'agisse de visiteurs, de patients ou d'investisseurs. Bref, on peut observer qu'ils déploient des dispositifs qui relèvent, fondamentalement, de l'approche marketing dans ce qu'elle a de plus fondamental.

Rien de bien révolutionnaire, donc, et surtout pas l'emprise du Grand Satan entrepreneurial. Mais tout simplement des préoccupations centrales auxquelles il faut répondre et qu'une approche marketing aide simplement à dénouer. Sans remettre en cause les valeurs du service public, les statuts de ses agents ou encore la logique non marchande, les concepts et les outils méthodologiques du marketing trouvent ainsi de nouveaux terrains d'application sans cesse plus divers et plus riches. Ils ne travestissent aucune réalité puisqu'ils ne sont que des outils. Il serait donc bien regrettable de s'en priver, de ne pas accompagner les transformations des structures publiques en y intégrant une dose de marketing.

Et le marketing dans une grande école ? Le temps de l'exploration

Parlons un peu de nos titres, de nos responsabilités à l'un et à l'autre, au sein d'institutions éducatives : " directeur délégué marketing & développement " ; " directeur du développement ". Cela peut paraître curieux, mais c'est une chose assez rare encore, même dans une école de management ! La culture " client " (nous l'appelons, à Grenoble École de Management, la " culture Business ") y est certes bien présente, mais de façon très intuitive, à travers l'engagement des équipes ; pour autant, " CRM " et " politique de fidélisation ", pour ne prendre que deux exemples, sont encore des notions peu ou pas intégrées qui ont du chemin à faire.

Fondamentalement, une école de management demeure une école, pas une entreprise. Les enseignants ont fait le choix d'une carrière universitaire parce qu'ils ne trouvaient pas, dans le monde de l'entreprise, de quoi satisfaire leurs aspirations. Et, si la satisfaction du client compte, elle n'est que trop rarement mesurée.

Pourtant, les grandes écoles sont elles aussi, depuis longtemps, en concurrence, et elles ont adopté des positionnements et des axes de différenciation. Mais les ressources disponibles pour adresser les entreprises et lever des financements ne sont pas nécessairement pensées dans une optique " business ", fédérées et animées en ce sens. La culture marketing et commerciale des grandes écoles est un sujet en devenir, elle demeure un vaste champ d'exploration pour en faire des " entreprises éducatives ".

La solution : le marketing dès la " petite " école ?

Le marketing, dont l'objet est de faire le lien entre une entreprise et son marché, est présent partout tout en suscitant craintes et fantasmes. Trompe-t-on le consommateur ? S'agit-il d'un acte de manipulation ? Est-il applicable dans tous les secteurs d'activité ? Etc. Cette défiance culturelle révèle selon nous une éducation insuffisante à ce domaine. Seules certaines sections de baccalauréat ou d'enseignement supérieur traitent de ce thème. Beaucoup de formations font abstraction d'un enseignement au management.

C'est pourquoi nous avons fait le choix de préparer un ouvrage d'initiation au marketing pour un très jeune public(1). L'objet est de définir clairement le concept, de montrer les différents aspects de la démarche et d'inviter le lecteur à une analyse critique de la pratique. Nul doute que l'ouvrage donnera lieu à des débats tant en famille que dans la salle de classe ou la cour de récréation ! Mais ils permettront de démystifier peut-être, ici et là, une démarche que les ONG les plus respectables et les pouvoirs publics pratiquent tout autant que les entreprises.

(1) À paraître en juin 2015 aux éditions Graine2 (titre provisoire : Le marketing, c'est pas si compliqué).

Les auteurs :

Benoit Aubert est directeur Marketing et Développement de Grenoble Ecole de Management, où il enseigne également le marketing (professeur senior). Il était auparavant directeur de la Doctoral School (entité chargée de développer les programmes de DBA et PhD). Ses recherches portent avant tout sur l'éducation du consommateur à l'usage des produits.

Titulaire d'un doctorat en sciences économiques, Benoît Meyronin est directeur délégué Marketing & Développement à Grenoble Ecole de Management, et directeur R & D de l'Académie du Service, dont il est l'un des associés fondateurs. À l'EM Grenoble, il est titulaire de la Chaire BNP Paribas Cardif " Ingénierie du service ", créée fin 2012. Il anime le blog www.marketing-des-services.com et le Club parisien " Cultures Services ", qui fédère plus de 20 sociétés. Auteurs de nombreux ouvrages et articles, son domaine d'expertise est le management/marketing des services.

Tous deux terminent la rédaction d'un ouvrage d'initiation au marketing destiné à un jeune public, à paraître en juin 2015 aux éditions Graine2 (titre provisoire : Le marketing, c'est pas si compliqué).


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Benoît Meyronin et Benoit Aubert, Grenoble Ecole de Management

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet