Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing

En étendant les noms de domaines, ICANN contraint les entreprises à protéger leurs marques

Publié par Stéphane Berlot le

Internet verra prochainement son aspect se transformer comme jamais dans la mesure où l'ICANN, organisme responsable de la gestion de l'espace des noms sur le web, a approuvé l'introduction de nouveaux domaines génériques de premier niveau (gTLD). Cela signifie que les sociétés seront en mesure de demander à utiliser leurs propres marques dès 2012.

  • Imprimer

Ce projet permettra à des milliers de gens d’enregistrer tout un ensemble de suffixes liés à leur société, leur communauté ou leur origine géographique. Les nouveaux gTLD vont révolutionner le marché des noms de domaines. Outre les noms de domaines courants du type de ceux terminés par des suffixes tels que .it, .com, .net ou .info, la décision de l’ICANN signifie que dès le début de l’an prochain, les sociétés seront en mesure de demander à utiliser leurs propres marques.

Cette décision constitue un changement considérable dans les adresses URL telles que nous les connaissons et l’activité dans l’arène gTLD devrait connaître une croissance monstre. Aucune limite au nombre d’extensions n’a encore été annoncée et Internet pourrait théoriquement finir par inclure plus de 60 millions de domaines génériques de premier niveau. L’ICANN acceptera les candidatures des nouveaux gTLD entre le 12 janvier et le 12 avril 2012 et de ce fait, les noms de domaines pourraient être déposés sous ces nouvelles extensions dès 2013.

Pour l’entreprise, il y a certes là une occasion rêvée de renforcer ses marques, mais dans le même temps aussi, un risque majeur. Les organisations travaillent depuis un certain temps déjà sur leurs marques ainsi que sur les pistes à suivre et les écueils à éviter dans le développement d’une stratégie gTLD concluante.

Presque toutes les entreprises présentes sur Internet seront d’une manière ou d’une autre affectées, ce qui signifie qu’elles vont devoir planifier et structurer avec beaucoup plus de soin leur présence en ligne. Tout détenteur d’une marque peut être remis en cause et doit définir une stratégie qui lui permettra de profiter des opportunités tout en se protégeant des risques, nouveaux ou étendus. Premier point, les entreprises doivent décider en toute connaissance de cause de poser ou non leur candidature à l’exploitation d’une extension de type ‘.marque’, et compte tenu de l’échéance rapprochée, cette décision doit être prise immédiatement.

Elle doit l’être en partie en fonction du coût et de la capacité de l’entreprise à s’engager – dans la mesure où devenir opérateur d’un registre gTLD demande un investissement considérable. Avant même de se voir octroyer un gTLD, les candidats risquent de subir des conflits en chaînes et des coûts de contestation de droits, venant s’ajouter aux dépenses liées à la promotion de leur candidature et aux frais juridiques. L’un dans l’autre, une simple candidature à l’obtention d’un gTLD de marque devrait approcher les € 280.000, plus € 100.000 par an minimum pour l’exploitation du registre — hors coûts de développement et d’enregistrement.

Dans la construction de sa stratégie, l’entreprise doit impliquer toutes ses composantes. Pour évaluer sa situation stratégique, ce sont tous les acteurs des services Finance, Systèmes d’information, Sécurité, Marketing et Juridique qui doivent étudier ensemble l’impact potentiel sur les objectifs de la société et le business model capable de garantir la rentabilité du gTLD.

Même lorsqu’une société décidera de ne pas se porter candidate, elle devra tout de même protéger ses marques sur Internet dans un contexte où le risque d’abus va notablement augmenter. Toutes les candidatures seront annoncées sur le site web de l’ICANN et les entreprises auront environ six mois pour contester l’utilisation de leurs marques. A mesure que les candidatures sont annoncées publiquement, les détenteurs des marques devront dans l’idéal pouvoir surveiller et détecter les menaces d’aussi près que possible, et déposer un recours dans le délai imparti. Dans la plupart des cas, il sera judicieux de recourir aux savoir-faire du marché et la plupart des organisations devront chercher au-delà de leur personnel interne pour faire appel à des ressources externes disposant d’une connaissance approfondie des procédures de dépôt des noms de domaines, de l’exploitation des registres et des rouages de l’ICANN.

L’expansion rapide des gTLD aura un impact sur toutes les entreprises, ou presque, partout dans le monde. Compte tenu des risques et des opportunités significatives qui s’annoncent, chaque détenteur d’une marque devra évaluer précisément cet impact, choisir une stratégie, offensive, défensive ou mixte, et commencer à développer les processus permettant de mettre en œuvre cette stratégie. Du fait du calendrier agressif défini par l’ICANN, le temps est compté et la définition d’une stratégie doit commencer sans attendre.

Stéphane Berlot

Stéphane Berlot

Responsable des ventes France et Benelux, MarkMonitor

Stéphane Berlot est responsable des ventes de la filiale France et Benelux de la société. Il a sous sa responsabilité le développement commercial de MarkMonitor [...]...

Voir la fiche

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles