Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing

Métavers, quelles opportunités pour les marques ?

Publié par Jean-Jacques Manceau le

Dans son nouveau rapport "Into the Metaverse" Wunderman Thompson explore les comportements des consommateurs, les modèles commerciaux et les opportunités de marque qui émergent à mesure que le métavers prend forme.

Je m'abonne
  • Imprimer
Les possessions virtuelles

En reproduisant leurs habitudes physiques quotidiennes dans le monde virtuel, les consommateurs attribuent de ce fait une valeur croissante aux actifs numériques et

donnent naissance à de nouveaux modèles commerciaux de type "direct-to-avatar" (D2A). "La plus grande opportunité pour les biens physiques est celle des biens virtuels". Ryan Mullins Founder and CEO, Aglet.

Les consommateurs misent de plus en plus sur la propriété numérique, aussi étonnant que cela puisse sembler, certaines personnes se lèvent le matin prêtes à choisir la tenue de leur avatar, à leur acheter une voiture, des chaussures, un appartement. Une expérience interactive qui finit par avoir une valeur fonctionnelle

en dehors du jeu.

C'est la "virtualisation" des habitudes quotidiennes. The Fabricant, une maison de couture exclusivement numérique a d'ailleurs vu le jour sur le principe que les vêtements n'ont pas besoin d'être physiques pour exister (mais on peut tout de même les acheter avec du "vrai argent bien physique", une robe

numérique s'étant vendue 9500$ en 2019).

En février 2021, le pionnier de la mode NFT, RTFKT Inc. (prononcez "artefact") a vendu 600 paires de baskets numériques, conçues en partenariat avec l'artiste Fewocious, en seulement 7 minutes, générant 3,1 millions de dollars. En juin 2021, un sac Gucci uniquement numérique a été vendu sur Roblox pour plus de 4000$, ce qui est plus que le coût du sac physique. "En fait, le mécanisme est exactement le même que lorsque nous achetons en physique. C'est une question d'expression de soi ou de statut social" argumente Virgile Brodziak, directeur général de Wunderman Thompson Paris".

En moyenne, selon le rapport, les clients pour ce type de biens sont prêts à payer (pour des pièces virtuelles) 2900$ pour une pièce de mode, 9000$ une oeuvre d'art (NFT) et 76000$ une maison.

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet